X

(Alex Bertocchini – Alta Frequenza) – La Société Publique Locale « Ametarra », portée sur les fonds baptismaux il y a quelques jours, avalisée par un vote unanime à la CAPA et un peu moins unanime à la Ville d’Ajaccio, est désormais sur les rails.

AltaFrequenza

Cette société, à capitaux uniquement publics mais de droit privé, est destinée, rappelons-le, à lancer sur le territoire ajaccien des grands travaux structurants et nécessaires à l’ensemble de la communauté. Si il n’y a eu aucun problème à la CAPA pour acquérir un vote unanime, ça n’a pas été le cas au conseil municipal d’Ajaccio où un débat engagé s’est tenu à ce sujet. L’opposition, en effet, a décidé de « regarder de près » le plan d’affaire, le fameux « business plan » et y a trouvé pas mal de sujets d’inquiétudes. En effet, 60% de cette société seront détenus par la Ville d’Ajaccio et les 40% suivants seront dévolus à la CAPA. Problème, et c’est l’inquiétude de Paul-Antoine Luciani : que deviennent les services techniques de la ville, et ses 23 ingénieurs, dans le nouveau business plan ? En clair, la Ville doit-elle conserver la maîtrise d’ouvrage sur tous les futurs grands projets, ou doit-elle confier à des cabinets extérieurs l’élaboration par exemple du PLU pour 30 000 euros, ou encore le plan de déplacement urbain pour encore 30 000 euros ? Huit voix de l’opposition sur dix se sont abstenues à propos d’un « bel outil », et Paul-Antoine Luciani nous en explique les raisons.

Ecoutez-le.

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)