Produit CORSU E RIBELLU

X

(Rédaction d’Alta Frequenza) – Jusqu’où peut-on aller dans la caricature, et surtout jusqu’où peut-on aller dans la stigmatisation d’une île, d’un peuple et de ses habitants ? Ce sont les malheureuses questions que nous pouvons nous poser après la diffusion hier soir (mardi) du téléfilm Mission Sacrée, sur France 3. Encore une fois, peut-être une fois de trop, une œuvre cinématographique – si on peut appeler ça une œuvre – n’a pas fait dans la dentelle, faisant passer les Corses pour des demeurés, des voyous, des assistés, des machos, voire même des gens agressifs avec les femmes. La liste pourrait être bien plus longue, lorsqu’on voit comment nos élus, ou encore les salariés de la fonction publique  ont été peints. Les nationalistes quant à eux sont d’une bêtise affligeante, pour ne pas dire trépanés, ils sont méchants et rustres. Cela va faire plaisir aux 36% des Corses qui ont porté leur voix sur cette sensibilité politique aux dernières territoriales. Le téléfilm de Daniel Vigne ne manquera donc pas de susciter l’indignation en Corse, car non, les Corses ne sont pas des « Shadocks qui pompent les subventions », non, les enfants corses ne jouent pas avec les armes de leur père le mercredi après-midi, non, les élus de la Corse ne sont pas tous des faussaires, des manipulateurs ou encore, des demeurés, comme ce fut le cas pour la représentation du maire d’Ajaccio. Voilà comment des clichés grossiers peuvent rendre un film ridicule.

 

Faites passer l’information autours de vous en cliquant sur :