Produit CORSU E RIBELLU

X

 

Photo prise le 16 janvier 2006/REUTERS/Charles Platiau

Pendant sa visite en Corse, François Hollande n’a pas négligé un crochet au cœur de la citadelle zuccarelliste. De quoi, au-delà des primaires, peser dans la bataille des législatives. « Nous sommes quelques-uns pour l’instant, mais bientôt nous serons beaucoup plus nombreux ». En ce jour d’escale bastiaise, François Hollande est dans une sorte d’entre-deux. Entre le présent (les deux tours des primaires, les 9 et 16 octobre) et le futur (l’élection de mai 2012). « Je ne sais plus très bien où je suis, confie-t-il lui-même, tout sourire. J’ai des nuits et des jours chargés ». « Je reviendrais ». Pas encore parti, toujours là, mais annonçant déjà son retour prochain ! Ce samedi matin, le soleil est radieux. Le candidat, flanqué d’un Pierre Moscovici bombardé « spécialiste de la Corse » et conduit par un Hyacinthe Mattei qui s’offre une belle revanche, débarque dans le bastion du zuccarellisme municipal. Dans la foulée de sa prestation – un peu sûr de lui – du débat télévisé des primaires, l’ancien patron du PS est sur son petit nuage. « Je sens une envie de changement et une cristallisation sur une personne investie d’une mission », ose-t-il, gonflé à bloc par l’air de la Corse.Suite et source de l’article de 24Ore

Faites passer l’information autours de vous en cliquant sur :