Produit CORSU E RIBELLU

X

Dans les colonnes de Corse Matin, ce jour, le 5 mars 2015, plusieurs intervenants, notamment le Président de l’Office des Transports, « cherchent » les voies et moyens de pérenniser la ligne entre la Corse et la Sardaigne….

ERA ORA!!!

En ce qui concerne le STC Marins, il a toujours plaidé pour la mise en place d’une réel Service Public Social et utile dans l’arc de la Méditerranée Occidentale, et a toujours affirmé que les moyens juridiques et économiques, permettaient bien évidement à un échelon jamais exploité ce jour, à savoir l’échelon Européen, l’avènement d’outils pour la pérennisation des transports, notamment entre les deux îles (Corse/Sardaigne)

En ce sens, en ma qualité d’administrateur de l’Office des Transports, j’ai eu l’honneur le 15 avril 2008, d’informer cette instance, des possibilités dont elle pouvait disposer, notamment par la mise en place d’un Groupement Européen de Coopération Territoriale (GECT).

En effet, les GECTs sont un cadre qui permettent la mise en place d’instruments, qui tendent à renforcer la cohésion et les échanges entre les territoires. Ils soutiennent tous les projets dignes de ce nom, dont la nature revêt un caractère trans-régional, transfrontalier, transnational.

Autant dire que les îles de la Méditerranée dont la Corse et la Sardaigne, sont éligibles à cette structuration.

AlainMosconiDe la même manière, au sein du Conseil Economique Social et Culturel de la Corse, et ce en qualité de Conseiller, j’ai pu lors de la préparation du PADDUC, apporter une longue contribution sur le sujet, démontrant qu’en la matière, tout était possible.

Il est donc temps aujourd’hui, de donner à la politique ses lettres de noblesse, et ainsi faire preuve de courage et d’initiative, pour doter enfin la Corse des transports qu’elle mérite.

Il faut une fois pour toute, que dans ce domaine comme dans tant d’autres, notre île n’ai plus à subir un bricolage politique et économique, qui condamne la Corse à vivre au siècle dernier.

Alain Mosconi
STC MARINARI