Produit CORSU E RIBELLU

X
Le député PRG de Haute-Corse a fustigé les propos de Roland Dumas et la profantion de tombes juives dans le Bas-Rhin.

L’antisémitisme fermement condamné ce mardi dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale. « L’antisémitisme nous fait honte » affirme Paul Giacobbi qui cite plusieurs faits « abjects » et « violents ». Bernard Cazeneuve lui répond « Nous sommes déterminés à combattre cette forme de bêtise« 

Monsieur le Premier Ministre,
Qu’est-ce qui arrive à la France ?
Le 11 janvier, nous avons manifesté en masse mais si nous étions tous « Charlie », bien peu se sont voulus « casher » à cette occasion.
Dimanche, des centaines de tombes d’un cimetière juif ont été profanées dans le Bas-Rhin et hier, un ancien ministre s’exprimait en usant d’un vocabulaire que l’on n’entend plus guère sur nos ondes depuis la Libération.
Monsieur le Premier Ministre, qu’est-ce qui arrive à la France ?
Dans ce pays qui a proclamé, dès 1791, la pleine égalité des droits pour les juifs de France…
Dans ce pays qui s’est déchiré parce qu’un innocent, Alfred Dreyfus, était accusé par une machination ignoble d’une trahison dont il était totalement innocent au seul motif qu’il était juif, avant de rétablir ses droits et son honneur en 1906… Nous en sommes encore, par ces non-dits, ces profanations, ou ces allusions perfidement teintées d’antisémitisme, à rester dans une ambiguïté contraire aux fondements et à l’histoire de notre République.
Mon père, pourtant lui-même pourchassé comme résistant, m’a dit un jour avoir eu « honte d’exister », après avoir croisé, dans la France de l’Occupation, le regard d’un vieux monsieur portant l’étoile jaune.
Aujourd’hui comme hier, l’antisémitisme nous fait honte.
Monsieur le Premier ministre, ce qui se passe aujourd’hui, ce qui se dit aujourd’hui dans notre pays, ce ne sont pas les dérapages scandaleux d’un vieillard indigne, les oublis gênants d’une majorité silencieuse ou les comportements morbides d’adolescents en mal de sensations nocturnes, ce sont, ne nous y trompons pas, les signes de vie de la bête immonde de l’antisémitisme que nous devons combattre.
Monsieur le Premier ministre, comment allez-vous mener ce combat ?