Produit CORSU E RIBELLU

X

Plusieurs personnes ont été interpellées lundi matin dans la région Ajaccienne (dossier et revue de presse). Sur les 4 personnes interpellés, 3 ont été relâché, un pour raisons médicales. Un membre de l’exécutif interpellé lundi matin, a été transféré sur Paris jeudi matin, puis mis en examen et incarcéré à Nanterre.

Mercredi dans la soirée, aux alentours de 23h, le militant en garde à vue à Aspretto a été libéré, mardi et lundi, deux militants ont été libéré dont l’une pour raisons médicales.

lundi 4 personnes étaient en garde à vue dont 3 membres de l’exécutif de Corsica Libera. Le quatrième militant relâché dans l’après midi de lundi sera convoqué par le juge Bastiais en charge de son dossier (voir plus bas)

DOSSIER COMPLET SUR CE LIEN (tous les articles)

Jeudi 19 février

[22h15] Pierre Paoli après avoir été mis en examen en fin de soirée, a été incarcéré à la prison de Nanterre.

[18h00 – 22h00] Rassemblement de soutien à Pierre Paoli devant la préfecture réunissant plus de 200 personnes entre 18h00 et 22h00. De nombreux représentants du mouvement national (pnc, femu, aiaccini…).

[12h00] Appel à rassemblement de Corsica Libera et de Sulidarità ce soir à 18h00 devant la préfecture d’Aiacciu.

[9h00] Un membre de l’exécutif de Corsica Libera,  a été transféré sur Paris.

Mercredi 18 février

VIDEO INTERVENTION JEAN GUY TALAMONI sur FRANCE 3 CORSE


#Corse Troisième jour de garde à vue… par antofpcl

VIDEO INTERVENTION JOSEPHA GIACOMETTI sur CORSE MATIN


Corsica Libera/Amnistie des prisonniers… par corse-matin

[22h40] Liberation du militant qui était en garde à vue à Aspretto, sans charge, ni mise en examen après plus de 60h de garde à vue.

[18h00-22h00] A l’appel de Corsica Libera et de l’Associu Sulidarità ce sont une nouvelle fois plus d’une centaine de personne qui se sont rassemblés devant le casernement d’Asprettu avec comme tous les soirs, la familles, les amis et les militants du mouvement national dont les Aiaccini. De nombreuses forces militaires et policières (CRS) en tenue.

[17h00] Nouvel appel à Rassemblement: Un membre de l’exécutif incarcéré à la maison d’arrêt d’Aiacciu en attente de transfert sur Paris, le second militant est quant à lui toujours gardés à vue à Aspretto. Nouveau rassemblement ce soir mercredi devant la caserne d’asprettu à 18h30

Aujourd’hui, en réaction à ces interpellations, une trentaine de jeunes ont cadenassé l’une des grilles d’entrée du lycée fesch d’Ajaccio. Ils ne se réclament d’aucun mouvement ou parti politique.

[16h30] Communiqué du PNC en soutien aux interpellés de Corsica Libera

Ce mercredi, Corsica Libera a organisé un point presse à Bastia. « Nous appelons le gouvernement à revenir sur les voies du dialogue car s’il continue sur ce jeu trouble, ça va créer un fossé entre lui et les élus de la Corse« , a déclaré Josepha Giacometti, conseillère territoriale Corsica Libera.

[12h40] Jean Guy Talamoni, élu de Corsica Libera à l’Assemblée de Corse intervient sur Alta Frequenza, afin de dénoncer les provocations de l’Etat Colonial.

[12h00] Durant la journée d’hier, en marge de ces gardes à vue, d’autres personnes ont été entendues en qualité de témoins.

Mardi 17 février

VIDEO REPORTAGE FRANCE 3 CORSE

[19h00] Afin de se réchauffer, les militants entretiennent un feu. Toujours autant de monde avec en plus ce soir la présence de Josepha Giacometti (conseillère municipale d’Ajaccio) et Jean Guy Talamoni, élus de Corsica  Libera à l’Assemblée de Corse, ainsi que François Sargentini et Joseph Colombani. Mais aussi des militants du PNC comme Jean François Casalta, avocat.

[18h30] Communiqué d’A Manca

[18h00] Rassemblement devant le casernement d’Aspretto

[17h30] Communiqués de soutien d’Inseme per a Corsica et d’A chjama Naziunali

[15h00] Un des trois militants qui était hospitalisé depuis hier, a été libéré pour raisons médicales incompatibles avec sa garde à vue

[13h15] Nouvel appel à rassemblement de Corsica Libera et Sulidarità ce soir devant le casernement d’Aspretto à 18h30

 

UNEsulidartiacorsicaliberarassemblement (3)Lundi 16 février

[18h00_20h30] Quelques militants, familles et amis sont déjà arrivés sur les lieux du rassemblement. Aux alentours de 19h00 ce sont environs 150 personnes qui se trouvent devant le casernement d’Aspretto où sont gardés à vue 3 membres de l’exécutif de Corsica Libera.

« Il s’agit d’une agression caractérisée de l’Etat dans un contexte politique particulier puisque les dernières visites ministérielles n’ont apporté aucune avancée »

Jean Marie Poli a alors pris la parole pour rappeler le contexte des interpellations, « après la décision du FLNC de démilitariser l’espace public », « après les décisions politiques adoptées à l’Assemblée de Corse » par les élus territoriaux, après les nombreuses visites ministérielles et les élections dans lesquelles se sont investis les militants aujourd’hui gardés à vue.

Évoquant la visite en Corse, le 6 février, des ministres de l’Intérieur et de la Décentralisation, Bernard Cazeneuve et Marylise Lebranchu, Corsica Libera a dénoncé une «façon provocatrice et dangereuse de signifier une réponse à l’adresse de ceux qui aujourd’hui représentent la volonté politique, incontournable, capable d’assurer la réussite d’un processus politique».

Un discours déterminé de la part du Président de l’Associu Sulidarità, Jean Marie Poli, qui est aussi un élu Territorial de Corsica Libera à l’Assemblée de Corse. Jean Marie a dénoncé les arrestations de trois membres de l’exécutif de Corsica Libera, qui en compte 26. Ce parti, qui a plusieurs élus à l’Assemblée de Corse, avait dénoncé auparavant dans un communiqué une « opération policière diligentée par la police politique » et une « manoeuvre politico-judiciaire » contre ses militants interpellés à Ajaccio à 06H00. 

« Ces interpellations ciblent Corsica Libera. Nous rejetons cette répression politique.On ne veut pas nous écouter mais nous participerons tout de même aux décisions prises en Corse »

Des militants et membres de l’exécutif se sont déplacés des 4 coins de l’île, mais pas que, des militants de Femu A Corsica, André Paccou de la LDH, militants de Ghjuventù Tocca à Noi et de Ghjuventù Indipendentista ont aussi fait le déplacement devant ce symbole de la colonisation française. Présent Paul Leonetti, tête de liste de Corsica Libera lors de la municipale d’Aiacciu, dont deux de ces colistiers sont ce soir en garde à vue.

Aux alentours de 19h45, alors que l’avocate des interpellés est encore devant les grilles de la caserne, les forces de répression gazent toutes les personnes présentes pour une grille secouée bien énergiquement…

VIDEO REPORTAGE FRANCE 3 CORSE

[15h20] Un des 4 militants interpellé ce matin a été libéré, il sera convoqué plus tard par un juge Bastiais qui instruit l’affaire des incidents d’après manif.Notre ami JD avait été interpellé à l’aube en même temps que les 3 membres de l’exécutif dans une affaire distincte, celle des incidents de Janvier 2014, pour laquelle, 5 militants avaient été mis en examen en décembre dernier. Les 3 autres militants sont toujours en garde à vue au casernement militaire d’Asprettu, pour une enquête dilligentée par le pôle antiterro de paris pour des actions de résistance de 2012.

[15h00] Communiqué de soutien de Ghuventù Paolina, syndicat étudiant.

[14h00] Communiqué de soutien de Ghjuventù Tocca à Noi qui dénonce les interpellations et appelle à participer au rassemblement ce soir

[12h00] Communiqué d’A Ghjuventù Indipendentista suite aux interpellations de ce matin

[11h20] Communication de Corsica Libera et de Sulidarità sur ces interpellations contre le mouvement national. Une conférence de presse sera donnée ce soir à Ajaccio lors du rassemblement à 18h30 devant ASPRETTO.

[8h00] Ce lundi 16 février 2015 la police politique a procédé à l’interpellation de plusieurs personnes dans la région ajaccienne. Des perquisitions ont lieu en ce moment même chez des militants de Corsica Libera. Plus d’informations à venir.

 Au moins trois membres de l’exécutif de Corsica Libera se trouveraient dans les interpellés de ce matin.