Produit CORSU E RIBELLU

X

Pour Jean-Guy Talamoni de Corsica Libera, «c’est une manière d’amorcer la pompe mais c’est insuffisant. Il y a un certain nombre de dossiers qui devront être traités très rapidement comme la co-officialité de la langue corse, le statut de résident et la question essentielle des prisonniers politiques».

AltaFrequenzaDans son allocution devant l’assemblée de Corse, Jean-Guy Talamoni a déclaré que son groupe assumait les quarante années de conflit et que le travail réalisé au sein de l’assemblée de Corse ces cinq dernières années montrait bien la volonté de proposer une solution au bénéfice de l’ensemble des Corses.

Dans cette prise en compte des problématiques politiques, « il ne faudra surtout pas oublier les prisonniers politiques » a-t-il ajouté. L’annonce de Bernard Cazeneuve en faveur de l’avènement d’une collectivité unique s’est avérée quelque peu insuffisante pour Jean-Guy Talamoni.

(Ecouter sur ALTA FREQUENZA)

TDR ALTA FREQUENZA (merci!!)

CorseNetInfosSURcorsicainfurmazione(Corse Net Infos) Jean-Guy Talamoni, leader du groupe Corsica Libera :
« Le compte n’y est pas bien entendu. Nous enregistrons avec satisfaction uniquement le principe de la collectivité unique qui est validé. C’est quelque chose, c’est vrai, d’important, mais qui ne suffit pas au regard des différentes demandes formulées de façon massivement majoritaire par l’Assemblée de Corse. Je pense à la coofficialité de la langue corse, je pense au statut de résident, à la demande de révision constitutionnelle qui a été demandée par une majorité écrasante de l’Assemblée de Corse, et puis je pense également à la question essentielle des prisonniers politiques que nous avons replacé au cœur du débat et qui est appelé à des développements dans les temps à venir. C’est pour nous véritablement essentiel qu’il y ait un signal qui soit donné sur cette question pour que le processus de dialogue entre la Corse et Paris puisse véritablement progresser. En résumé, le compte n’y est pas. Nous prenons acte de la validation de la collectivité unique mais il y a encore beaucoup à faire du côté du gouvernement pour arriver à être à la hauteur des espérances d’une majorité des élus de l’Assemblée de Corse. Il y a un frémissement par rapport à la position antérieure du gouvernement français et en particulier du ministre de l’Intérieur, cela dit, nous ne sommes pas encore aujourd’hui dans une situation satisfaisante s’agissant de ce dialogue. Donc nous sommes vraiment au niveau de prémices de dialogue »

RCFM corse radio(RCFMJean Guy Talamoni, Corsica Libera : « Le compte n’y est pas. Je pense à la co-officialité de la langue, au statut de résident des questions qui nécessitent une révision constitutionnelle. Sur ces questions là, il va falloir rapidement mettre en oeuvre les procédures nécessaires pour qu’elles aboutissent dans un temps qui ne soit pas trop éloigné. Et puis il y a la question essentielle des prisonniers politiques qui n’a pas été abordée. Il ne pourra pas y avoir de solution politique définitive sans la prise en compte de ceux qui ont payé le prix fort dans le conflit. Pour nous c’est une question essentielle qui dorénavant est au centre des discussions« .

JeanGuyTalamoniCazeneuveLebranchuassembleeCorse