X

Un Conseil Syndical se tiendra jeudi 26 février à 10 heures à Bastia à bord du navire Pascal Paoli. Cette réunion est ouverte à tous les adhérents de la section SNCM et aura pour ordre du jour: Compte rendu de la réunion du 13 février à Matignon. Synthèse sur le PSE proposé par la Direction.La présence de tous est indispensable. 

STC MARINARI

Retour sur les dernières mobilisations et communications du STC MARINANI dans le dossier de la SNCM

sTCmanca

Le 17 février le STC MARINARI communiquait suite à sa réunion à MATIGNON

Le 13 février 2015: Le STC est reçu à Matignon

Le 11 février 2015:  Un Conseil Syndical s’est tenu le mercredi 11 février à 10 heures à Ajaccio à bord du navire Jean Nicoli. Cette réunion est ouverte à tous les adhérents de la section SNCM (dans un premier temps, une menace de grève a été lancé, puis suite à une communication du gouvernement sur une réunion à Matignon, le projet de grève a été abandonné)

Le 10 février 2015 : Le STC dénoncait le mépris de la voix de la Corse et des Corses par le gouvernement français.

Le 14 janvier dernier le STC dénonçait les connivences entre les autres Organisations Syndicale et le Direction de la SNCM. Occupation le 7 janvier des affaires maritimes à Bastia : Le STC déclarait «le STC n’a pas l’intention de laisser faire ». Le 5 janvier le STC communiquait pour dire qu’il était « opposé à toute privatisation, à tout repreneur ». Corsica Libera apportait son soutien le 19 décembre au syndicat des marins STC qui manifestaient devant l’Assemblée de Corse. Le jeudi 11 décembre 2014, la section  STC -SNCM s’est réunie et a tenu un Conseil Syndical à Ajaccio en présence de 80 militants.

Et en septembre dernier le STC MARINARI avait publié un rapport sans concession « Constat, Analyse et Propositions »

« Même si elle dispose d’un statut politique lui conférant le droit à l’organisation de sa desserte, par la rédaction du cahier des charges du Service Public de continuité territoriale, notre île, doit subir des choix stratégiques et industriels pensés par d’autres, et pour d’autres, que la Corse et les Corses.

Ainsi, la Corse a dû au fil du temps, s’adapter aux Compagnies maritimes, alors que la logique aurait voulu que la règle à appliquer en la matière, soit le contraire.

Ceci était vrai à l’époque de feue la SNCM Publique, lorsque l’Etat était le seul maître à bord, cela l’est tout autant aujourd’hui à l’heure où le privé (Véolia/Transdev) est majoritaire au sein du capital de la Compagnie.

Jamais au grand jamais, la Corse n’a été placée au cœur du dispositif de continuité territoriale, en termes de développement économique, industriel et social, même si celui-ci, ne trouvait de raison d’exister, que dans le fait que la Corse existe, et qu’elle crée ainsi la demande.

Au fil du temps, nous avons dû subir des choix étrangers à nos intérêts collectifs, qui pourtant, demeurent ceux d’usagers réels, de par notre nature d’insulaire.

L’histoire nous enseigne, que de par le fait accompli, l’Etat alors gestionnaire, nous a imposé le « gigantisme » d’une flotte démesurée, inappropriée, trop coûteuse, et très souvent pensée en dépit du bon sens, car totalement inadaptée à nos besoins.

Toujours par la même logique politique du fait accompli, les privés aujourd’hui réels patrons de la SNCM, après avoir mené une gestion chaotique, manœuvrent pour quitter le navire (SNCM) à moindre frais.

Ceux-ci auront eu pour seule volonté, de vampiriser la Compagnie dont ils se sont accaparés avec la bénédiction de l’Etat. Ils auront jusqu’au dernier jour, en vendant les actifs stratégiques (Siège social, actionnariat à la CMN, navires…) appauvri la structure jusqu’à son paroxysme. Aujourd’hui, la trésorerie de la SNCM est exsangue !

Pourtant, à grands coups d’annonces, les sauveurs de l’époque, proclamaient à qui voulait les entendre, qu’ils allaient activer un processus de relance de la SNCM. Celui-ci passait par le respect d’un certain nombre d’engagements, dont un, qui d’un point de vue structurel était fondamental, celui du renouvellement de la flotte. Or, jamais ils n’auront respecté quelque engagement que ce soit ! (Voir annexe n°1) »

La suite sur ce lien

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)