Produit CORSU E RIBELLU

X

« Il y a un an dans cette même salle je me présentais avec Simon Renucci. Avec d’autres militants nous avions partagé le constat qu’élection après élections nous l’avions favorisé faute d’autre choix. Nous pensions qu’il était temps qu’il partage le pouvoir et qu’ainsi nous puissions arriver aux responsabilités.

Le manque de préparation a fait échouer la fusion au soir du premier tour.

Il est clair que  malgré tout la défaite de Simon Renucci est d’abord due à la fraude massive organisée par la droite. Des centaines de fausses procurations , des achats de votes , des faux stages .. tout ceci est avéré et huit mois après aucune garde à vue , aucune mise en examen .. mieux les élus qui ont voté avec de fausses procurations se représentent et les policiers dénoncés par le tribunal administratif n’ont eu aucune sanction.

Il est impensable de laisser cette équipe s’installer à la mairie : au bout de six mois Laurent Marcangeli  a donné à bail des terrains sur la route des sanguinaires à la mère de son premier adjoint , laissons les six ans ils vendront la Parata à des promoteurs.

meeting20150121aiacciucitacorsa (56)

Il est clair que sans la  campagne de presse que nous avons organisé à quelqu’uns tout se serait passé autrement et que nous ne revoterions pas dimanche.

Il est bizarre d’entendre aujourd’hui certains s’offusquer que l’on ait dénoncé cette fraude et créer ainsi un soit disant climat malsain .

Il est bizarre de les entendre faire l’amalgame entre ceux qui ont fraudé et ceux qui ont dénoncé cette fraude.

Il aurait fallu ne rien dire et accepter cet état de fait , comme eux . Leurs grands principes disparaissent dès que pointe leur intérêt personnel.

C’est oublier que la lutte pour la moralisation de la vie publique et contre la fraude a été à l’origine de nos revendications.

Comment l’accepter alors que dans le même temps le mouvement clandestin dit s’en remettre au suffrage universel en arrêtant la lutte armée. Pour que les mêmes causes ne produisent pas les mêmes effets il faut que la justice soit égale pour tous.

Ils sont beaucoup plus rapides pour casser nos portes à six heures du matin et nous incarcérer sans preuve , j’en ai fait moi aussi l’expérience.

Il faut donc créer les conditions d’un scrutin irréprochable.

Pour cela il faudra faire une refonte des listes électorales avec la création d’un corps électoral  basé dans un premier temps sur la notion de résident , avant de créer un véritable corps électoral corse pour que notre destin ne soit plus entre les mains de quelques fonctionnaires de passage ou de retraités en mal de soleil.

Les récents attentats à Paris nous confortent dans notre idée qu’il ne peut y avoir sur notre terre qu’une communauté : le peuple corse , et un seul drapeau : a nostra bandera.

Le communautarisme ne pourra qu’amener à des affrontements . Cette communauté nous l’avons définie il y a de nombreuses années comme une communauté de destin .

Aujourd’hui nous devons le réaffirmer et donner une espérance forte pour permettre à chacun de vivre en paix. Il n’y a dans notre démarche aucun racisme mais que chacun s’en persuade il n’y a pas non plus d’angélisme.

Ceux qui voudront faire partie de notre communauté devront obéir à des principes sur lesquels nous ne transigerons pas : le respect de la pluralité politique ,le respect de la liberté d’expression et le respect de la femme.

Nous ne deviendrons pas le Kosovo en 2022.

J’avais dit que le nationalisme corse n’était pas soluble dans l’UMP mais il l’est pas non plus dans la social-démocratie à la française.

Nous ne deviendrons jamais une petite sous préfecture de province.

Le parti français est encore une réalité. Malgré quarante de lutte il persiste des hommes politiques qui nient l’existence de notre peuple et de ses droits sur cette terre.

Il y a aussi trop de nationalistes qui oublient leurs idéaux au moment du vote.

Dimanche le seul choix pour changer vraiment les choses est de voter et de faire voter aiacciu cita corsa.

Même si un grand nombre d’entre nous n’ont que peu apprécié le comportement de Simon Renucci il est le seul avec qui nous pouvons gagner. Pour cela il faudra que dimanche soir nous soyons le plus nombreux possible pour pouvoir imposer notre vision de la société. Il est clair que nous ne vendrons pas pour quelques places ou comme on le disait en 94 pour une poignée de lentilles.

Tout le monde sait que pour les places ou les honneurs ce n’était pas dans le mouvement nationaliste qu’il fallait militer.

Chez nous jusqu’à aujourd’hui les seules choses à gagner c’étaient des années de prison.

Dimanche soir si il y a un accord nous en serons les seuls vainqueurs parce que nous sommes des militants ,parce que nous sommes nationalistes et parce que rien ni personne ne nous fera dévier de notre route.

Il est certain que jamais Simon Renucci ne sera nationaliste mais il est encore plus sur que jamais l’un d’entre nous ne deviendra militant d’un parti français.

Même si la raison et la politique suivent rarement le même chemin nous devrons faire passer l’intérêt politique de notre mouvement avant  nos rancunes personnelles

Machiavel disait qu’en politique on avait rarement le choix entre le bien et le mal mais plus souvent entre le pire et le moindre mal. Au premier  tour nous serons le bon choix et espérons qu’au second nous aurons encore le choix même si c’est celui du moindre mal.

Dimanche soir nous devons être en position de force pour imposer un choix de société : celui de la Nation Corse contre ceux qui veulent un retour en arrière avec une normalisation française.

Le choix de faire des listes séparées n’obéissait qu’à des considérations tactiques. Dimanche il faudra retrouver le chemin de l’union pour que le mouvement nationaliste pèse d’un poids plus important dans les discussions pour le deuxième tour. Nous devons d’abord faire l’union avec ceux qui nous sont le plus proches , avec nos amis de Femu même si ils ont choisi une tactique différente.

La droite a géré la ville pendant quarante ans , la gauche pendant 13 ans avec nous , avec vous , c’est la Corse qui doit entrer à la mairie. »

AIACCIU CITA CORSA – JEAN PAUL CARROLAGGI

Le discours prononcé comporte des improvisations qui ne sont pas reproduites dans ce texte.

(Vidéo en cours de réalisation)