Breaking News

Pays Catalan – Un attentat anti-immobilier se préparait à Port-Vendres

Idéologique, ou à visée personnelle, un attentat en puissance a été déjoué mercredi à Port-Vendres. Un système composé de 8 bouteilles de gaz reliées à un réveil a été désamorcé sur le chantier de construction d’une villa, au coeur d’un site naturel préservée jusqu’à présent. Les interrogations se multiplient quant à mode opératoire, et aux auteurs, d’autant que l’usage de bombes artisanales n’est pas de tradition dans les Pyrénées-Orientales. La construction immobilière pourrait avoir été la cible d’un attentat manqué à Port-Vendres.

Mercredi soir, un système composé de 8 bouteilles de gaz reliées à un simple réveil ont en effet été découvertes dans les soubassements d’une villa en construction au nord de la ville, à 300 mètres de Collioure. Une enquête de gendarmerie est ouverte dans le but d’identifier les auteurs de ce stratagème à volonté destructive, repéré par deux apprentis ouvriers. Bien qu’avortée, cette action violente est intrigante, dans la mesure où les méthodes d’usage en Corse et au Pays Basque français sont étrangères à la tradition catalane. Un secteur situé au sud de Port-Vendres, le lotissement du Pont de l’Amour, né dans les années 1990 de la construction illégale de maisons isolées, a cependant fait l’objet de polémiques, évanouies avec le changement de siècle.

La multiplication des habitations dans ce secteur, qui constitue depuis un véritable hameau, se poursuit, avec d’ailleurs la construction d’un Hôtel de Luxe, courant 2013. Mais la maison visée par l’explosion manquée, proche du lotissement « Les Portes de Vénus », régulièrement battu par la tramontane, ne fait l’objet d’aucune critique connue. Le développement immobilier, avec notamment un lot de 12 villas lancé en début d’année par la société Antior, basée à Argelès-sur-mer, et une riche demeure aux murs de schiste, en construction depuis 2009, y recouvre une ligne de crête proche du lieu-dit La Croix Blanche, autrefois isolé. Ce site, parfaitement visitble depuis Collioure, illustre une poussée immobilière de Port-Vendres vers sa voisine, en surplomb du vallon de la Tamarió, brûlé le 9 août par un incendie probablement criminel. L’attentat en préparation aurait pu aboutir, car une intervention d’urgence des équipes de déminage venues du Languedoc a démontré le parfait état de marche du dispositif. Alors que deux maisons situées à proximité ont été évacuées par prudence, le questionnement porte sur une intention personnelle, ou idéologique, en opposition au bétonnage.

Source de l’article

 

Faites passer l’information autours de vous en cliquant sur :

Produit CORSU E RIBELLU

bandeauribelluteeshirt (1)

Produits à partir de 13e

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
error: