Breaking News

#Corse 5 personnes interpellées, 5 libérées sous divers « contrôle »

Cinq personnes, dont deux jeunes mineures, et une mère de famille ont été interpellés ce matin à l’aube à Ajaccio et à Bastia. Tous ont été entendus pour une enquête concernent les incidents de fin de manifestation de janvier dernier « Veranu Corsu« .

Elodie Pieri 44 ans et sa fille Lisandra 16 ans ont été libérée, l’une mis en examen sous contrôle judiciaire et la seconde se retrouve en « liberté surveillée »
Serena Bartoli 17 ans quant à elle a été libérée et  mise en examen sous liberté préjudicielle surveillée
Didier Zani, 49 ans, a été libéré mercredi matin, mis en examen, sous contrôle judiciaire pour « violences volontaires n’ayant pas entraîné d’ITT envers des dépositaires de l’autorité publique » et « refus de se soumettre à un prélèvement biologique ».
Jean Yves Leandri, 61 ans, libéré et mis en examen sous contrôle judiciaire pour « violences volontaires n’ayant pas entraîné d’ITT envers des dépositaires de l’autorité publique » et « refus de se soumettre à un prélèvement biologique ».

liberationinterpellationdu16

(voir les détails dans la chronologie de la journée ci-dessous)

[6h57] Une perquisition a lieu en ce moment chez la vice présidente de l’Associu Sulidarità, membre de Corsica Libera. L’armée procède à l’interpellation et à la mise en garde à vue de sa fille de 17 ans, elle même militante de Ghjuventù Indipendentista et de Corsica Libera.

corsica Libera logo repressionD’après les premiers éléments, Serena Bartoli, 17 ans, serait en garde à vue dans le cadre d’une enquête sur les incidents de la manifestation de janvier dernier « Veranu Corsu« .

[7h20] D’autre(s) interpellation(s) ont lieu ailleurs en Corse, et notamment l’interpellation d’Elodie Pieri, militante de Corsica Libera et de sa fille Lisandra âgée  de 16 ans, militante de la Ghjuventù Indipendentista.

[08h10] Des convocations de militants sont prévus dans la journée

[08h45] Serena Bartoli est transférée à Borgo pour y être entendue, tout comme Elodie et Lisandra Pieri

[9h00] La presse annonce 5 personnes interpellées

[10h00] Ghjuventù Indipendentista: Une fois de plus, plusieurs militants indépendantistes ont été arrêtés ce matin, parmi lesquels deux jeunes militantes de notre mouvement.Pour faire la paix, il faut être deux, mais avec ces arrestations qui n’en finissent plus, il semble que l’Etat français ne veuille pas de paix en Corse.Nous n’accepterons jamais cette situation et, dans cette optique, nous appelons à deux rassemblements ce soir à partir de 18h devant le Camp militaire de Borgu, en soutien aux interpellés.TUTTI IN BORGU À 6 ORE STA SERA !Perchè a nostra cuscenza hè resistenza, lotta ghjuventù l’avvene sì tù !

[11h00] Deux autres militants de Corsica Libera interpellés et transférés à Borgu, Jean-Yves et Didier sont en garde à vue

[11h30] Corsica libera et l’Assocciu sulidarità dénoncent la rafle policière qui s’est déroulée ce matin dans diverses régions de l’ile. En effets des interpellations concernant de jeunes filles mineures, ainsi que leurs parents et des militants de nos organisations respectives se sont déroulées ce matin très tôt, par l’intermédiaire d’un déploiement de forces militaires d’une rare envergure et hors du commun. Plusieurs pelotons de gendarmerie se sont présentés aux domiciles de nos militants procédant à des interpellations et des perquisitions dont nous tenons à dénoncer ici le mode opératoire particulièrement agressif et violent. Nous,nous élevons fortement contre ce type de provocations inutiles, destinées à développer dans l’ile un climat de peur et de tension, contrastant profondément avec notre volonté affirmée d’établir les conditions politiques d’une situation apaisée en Corse ,afin de permettre la construction d’ avancées politiques, désormais validées par une très large majorité de notre peuple. Corsica libera et l’associu sulidarità exigent leur libération immédiate, et appellent à un rassemblement de soutien ce soir à 18 h devant le camps militaire de la gendarmerie de Borgu

[12h00] Selon la presse, Ils seront présentés à un juge d’instruction à Bastia mardi et mercredi. (sous réserve confirmation)

[15h20] Ghjuventù tocca à noi dénonce fermement la nouvelle hystérie répressive qui s’est abattue ce matin sur le mouvement national corse. Il s’agit d’une véritable rafle dont ont été victimes des militants sincères de Corsica Libera, de l’Associu Sulidarità et de la Ghjuventù Indipendentista, parmi lesquels une mère de famille et deux jeunes filles de 16 et 17 ans. Ces arrestations interviennent dans le cadre d’une enquête sur des « débordements » intervenus à la suite de la première manifestation de Simu di stu paese organisée il y’a un an à Corte, et qui avait mobilisé près d’un milliers de personne. Notre association s’étonne de l’obsession des forces de répressions françaises à l’encontre des patriotes corses, à l’heure ou la politique devrait être à l’apaisement. Nous dénonçons une fois de plus cette situation incompréhensible, incohérente et dangereuse ! Nous apportons notre soutien à l’ensemble des personnes interpellées. GHJUVENTÙ TOCCA À NOI

[15h30] Femu a Corsica dénonce fermement les interpellations intervenues ce jour, dans les rangs de militants nationalistes reconnus et de jeunes militants. Nous nous interrogeons sur cette stratégie de tension, au moment où la Corse construit pas à pas les conditions d’une solution politique et d’un véritable apaisement. Partout, le dialogue, l’évolution de projets d’avenir et la volonté de réconciliation s’installent… sauf du côté de Paris où manifestement, les logiques anciennes de conflit et d’opposition semblent vouloir perdurer.
Femu a Corsica en appelle donc à un sursaut immédiat, et s’associera à toute initiative de soutien.

[15h45] Au moins deux personnes sont en train de passer devant un juge, les autres personnes sont toujours entendues.

procesPieriBartoliZani

 [17h00] Présentation depuis la fin de la journée des 5 interpellés, rassemblement de soutien en cours au Tribunal

[18h20] Ghjuventù Paolina apporte son soutien aux militants interpellés ce matin. Le syndicat dénonce les manières répressives de l’Etat qui face aux avancées d’apaisement du peuple corse, oppose une politique et une justice punitive d’exception n’allant pas dans le sens d’un consensus démocratique. Strada diritta è core in fronte

[18h30] Elodie Pieri libérée sous contrôle judiciaire

[19h00] A MANCA Les appareils judiciaires et policiers ne déclarent pas la trêve. Les arrestations de militants de Corsica Libera et de Ghjuventù Indipendentista s’inscrivent dans un processus destiné à laminer toute forme de contestation politique.Ces manœuvres répressives,  à  l’heure où se discute un toilettage institutionnel, ont un sens : il s’agit de contraindre les nationalistes à accepter de gré ou de force les visées gouvernementales.Le message de l’Etat est clair. Dans son ensemble le mouvement national gagnerait à l’être tout autant. Soit en se pliant aux réformes comme déjà certains le font, soit en choisissant la voie du droit à l’autodétermination. Cette perspective demeurant la seule garante de la légitimité des droits du peuple Corse.Nous attendons de tous les « démocrates » en puissance, la seule attitude conséquente au regard de leurs discours. Celle qui consiste à dénoncer haut et fort la répression.A MANCA appelle à soutenir tous les patriotes qui subissent les pressions de l’appareil d’Etat. A MANCA

[19h05] Lisandra Verdi Pieri libérée mais reste en liberté surveillée (Mesure éducative prise à l’encontre d’un mineur ayant pour effet de le placer sous la surveillance et le contrôle d’un éducateur, sous l’autorité du juge des enfants), les 3 autres militants toujours entendus, Jean Yves et Didier resteront en Garde à vue ce soir, et seront présentés à un juge demain matin.

[19h20] Serena Bartoli libérée mais mise en examen sous « liberté préjudicielle surveillée » pour des faits de violences volontaires commodités sur personnes dépositaires de l’autorité publiques sans ITT et refus de se soumettre au prélèvement ADN

[20h00] Rinnovu Naziunali « Nous condamnons cette vague répressive comme toutes les autres. La méthode répressive  ne soldera jamais la question nationale corse. « 

Pas d’autres éléments pour l’instant, plus d’information dans la journée.

Alta Frequenza, Corse Matin, France3Corse,

Produit CORSU E RIBELLU

bandeauribelluteeshirt (1)

Produits à partir de 13e

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
error: