Produit CORSU E RIBELLU

X

A la suite d’un article paru dans Corse Matin le 12/12/14, Un’Alba Nova per Bastia tient à apporter certaines précisions concernant le projet dit du “Grand port de la Carbonite”.

CarboniteProjetCorseContrairement aux assertions du président de la CAB, l’amendement déposé par Corsica Libera et adopté par l’Assemblée de Corse, lors du vote sur le PADDUC, ne porte pas sur de “nouvelles études”, au demeurant aussi coûteuses qu’inutiles, qui seraient le “passage obligé pour mener à bien le projet”.La référence aux études en cours a été mentionnée à la demande d’un autre groupe. Corsica Libera a fait pour sa part ajouter “sous réserve des débats en cours”, ce qui change tout.

Cette formulation a un sens bien précis dont François Tatti n’ignore pas la portée puisqu’il a combattu en vain, au sein de la commission (qu’il présidait du reste), l’amendement de Corsica Libera. Ce dernier a ensuite été à nouveau voté en séance publique.

Il s’agit bel et bien d’une première remise en cause du projet lui-même : les débats ne sont pas considérés comme clos, comme certains voudraient le faire croire. Selon le vote de l’Assemblée, ils restent, bien au contraire, ouverts et déterminants pour l’avenir.

Nous continuerons, quant à nous, à nous opposer à ce projet, et à démontrer à quel point il constitue une dangereuse aberration sur le plan économique, social et environnemental, répondant à la satisfaction de quelques intérêts privés au détriment de ceux de la Corse et des Corses. Quant à la “création de la réserve naturelle”, évoquée dans le même article, la relier d’une manière ou d’une autre à ce projet funeste, relève d’une opération artificielle, véritable manipulation destinée à abuser l’opinion.

Cette manœuvre, qui vient s’ajouter à toutes les contre-vérités qui émaillent ce dossier depuis le début, vise à faire croire que l’inacceptable sera le prix à payer pour prendre par ailleurs les bonnes décisions en terme de développement et de gestion de l’environnement.

Nous ne laisserons pas s’installer ce nouveau mensonge, et appelons notre peuple à rester mobilisé pour défendre le projet alternatif dont la Corse a réellement besoin.

Docteur Eric Simoni