Produit CORSU E RIBELLU

X

(Unità Naziunale Publié le 27 mai 2018 à 19h21) Une fois de plus, des incidents liés à un match de football en Corse ont un retentissement sportif, médiatique et politique qui interroge alors que ce type de violences est hélas récurrent dans le football bien ailleurs qu’en Corse.

Evidemment, il faut dénoncer avec la plus grande fermeté les violences et insultes racistes qui ont visé les footballeurs du Havre.

Mais il faut dénoncer avec la même fermeté le défoulement raciste qui vise l’ensemble des corses notamment sur le réseau social. Là aussi, nous sommes dans la répétition ; « les Corses tous coupables ».

La justice est interpellée. Il ne peut y avoir deux poids deux mesures. Toutes les victimes du racisme doivent être prises en compte. Le problème, nous le connaissons. Face au racisme dont ont été victimes les footballeurs du Havre, elle peut agir. Par contre, elle risque d’être à nouveau impuissante et taisante face au racisme anti-corse.

Le préjudice est conséquent. D’une part, pour les corses. D’autre part pour les relations entre les corses et les continentaux. Enfin pour l’antiracisme. C’est le principe d’égalité en droits et en dignité qui est atteint.

Que la justice fasse sienne ce principe, au fondement des démocraties et de la concorde entre les hommes. Pour sa part, au côté du culletivu d’avucati pè a défensa di a Corsica, la ligue des droits de l’Homme s’emploiera à mobiliser les consciences face à ce qui ne supporte aucune banalisation, la haine de l’autre, quelles qu’en soient les victimes.

Le bureau de la Ldh Corsica : Jean-Claude ACQUAVIVA, Marie-Anne ACQUAVIVA, Antonin BRETEL, Frédérique CAMPANA, Jean-François CASALTA, Jean-Sébastien de CASALTA, Francine DEMICHEL, Christine MATTEI-PACCOU, Ibtissam MAYSSOUR-STALLA, Gérard MORTREUIL, André PACCOU, Elsa RENAUT, Dumé RENUCCI, Sampiero SANGUINETTI

Ajaccio, le 27/05/2018