Produit CORSU E RIBELLU

X

Edmond Simeoni a saisi François Vaillant, responsable de « Alternatives non-violentes » et JF Bernardini, engagé lui aussi dans la NON-Violence avec Umani, des agissements habituels et inacceptables de cette « Justice » ( sic) d’Etat. Selon Edmond Simeoni, « Il faut les arrêter avant l’irréparable, prévisible si un terme n’est pas mis à ces exactions et à ces provocations Ils violent même le *secret professionnel qui lie les avocats à leurs clients!! » – Même position de Me Gatti et Ferrari…

Voici son appel : 

EdmondSimeoniAleria75-2014 (3)La justice anti-terroriste est « inamendable » : elle a interpellé une dizaine de personnes dont le Bâtonnier d’Ajaccio et l’ex-Bâtonnier ainsi que des femmes, dans le mépris total du droit : présomption d’innocence et secret de l’instruction bafoués puisque les policiers sont arrivés en même temps que la presse ; celle-ci n’avait pu être prévenue que par la police ou le parquet. C’est une coutume depuis des années sans que la France renonce à ces pratiques moyenâgeuses et en dépit de toutes les protestations.

Les limites du supportable sont atteintes et je pense que l’Etat se livre à des provocations pour exaspérer la jeunesse ; à un moment ou le FLNC a arrêté, de manière responsable, toute violence, en affirmant son souci désormais de rechercher une solution politique insulaire par la voie du dialogue. Manifestement, ce choix ne convient pas à Paris qui oppose un refus de dialogue à des demandes démocratiques largement approuvées à l’Assemblée de Corse ( Co-officialité, résidence, Révision de la Constitution…) ; c’est un déni de démocratie et de justice qui est une violence institutionnelle, inacceptable. L’insurrection civique, pacifique devient une nécessité, un devoir ou sinon une autre violence clandestine renaîtra. Les Hollande, Valls, Taubira ne sont pas des démocrates. Le peuple corse ne cédera pas devant l’antidémocratie et les pratiques autoritaires illégales.

La LDH, les Barreaux de Corse, des forces démocratiques, des élus, des citoyens ont protesté. En tant que membre de la démarche de la « non-violence- en Corse, je vous informe et je vous interpelle officiellement afin que vous fassiez connaitre cette situation scandaleuse qui ne peut pas avoir d’autre buts que d’empêcher une solution contractuelle, apaisée de la « question corse », solution que le peuple corse de l’île et de la diaspora appelle de tous ses vœux.

Avec mes sentiments fraternels et combatifs
Docteur Edmond Simeoni