Produit CORSU E RIBELLU

X

Le diagnostic est tombé. Le Crepac est en état de coma avancé. Et le pronostic c’est : la mort tout court dans les 45 jours si un miracle n’intervient pas.

Hier matin, lors de l’assemblée générale de l’outil de développement et de promotion de l’agriculture corse, Paul Caux, le président de l’organisme n’a pu qu’annoncer aux présents que le Crepac est en cessation de paiement.

« La responsabilité n’en incombe absolument pas aux deux chambres d’agriculture. Elles ont régulièrement versé leur quote-part de 80 000 euros annuels », précise le président de l’organisme.

Mais au fil des années, les financements venus – notamment – de la CTC, se sont étiolés. Entraînant les salariés de l’organisme dans l’angoisse.

.

This content is restricted to site members.

Contenu réservé aux membres

Produit CORSU E RIBELLU