#Corse Nicolas Battini « lettre ouverte à la Ghjuventù Indipendentista »

« Surelle, fratelli di lotta, Amiche è amichi militanti,

Nous venons certainement de connaître un tournant capital sur le chemin de l’émancipation du peuple Corse. La lutte de libération nationale à franchi une nouvelle étape de son histoire au travers de la volonté courageuse et sans précédent du FLNC d’initier sans préalable la démilitarisation de ses structures. Chacun sait à quel point ce peut être difficile pour la jeunesse de cautionner la cessation d’une forme de lutte qui a empêché la disparition prématurée du peuple Corse. Chacun sait à combien il est difficile d’envisager le combat anti-impérialiste contre la France d’une manière exclusivement publique et légale pour beaucoup d’entre nous. Mais au-delà de toute autre considération, nous devons prendre nos responsabilités devant l’Histoire et saisir le fait qu’il existe des réalités objectives que nous ne pouvons nier.

NicolasBattiniGhjuventuIndipendentista

La société corse est aujourd’hui unie autour de revendications qui émanent de la lutte de libération nationale, telles que le statut de résident, prélude à une citoyenneté corse prochaine ou bien encore l’officialisation de la langue corse, condition indispensable à sa survie. Les quatre décennies de lutte du FLNC ont permis l’avènement de ce consensus tout comme elles ont rendu possible la prise de conscience de notre peuple en ce qui concerne son existence, sa langue ainsi que son droit à disposer de sa terre et de son destin.

Un processus de règlement du conflit est désormais engagé, aussi nous faut il assurer l’unité des structures indépendantistes en l’accompagnant et en relevant le défi de la paix. Il s’agit pour la GI d’analyser l’appel lancé par le Front et de saisir la portée majeure et historique de celui-ci. Dans un esprit d’ouverture et de compréhension, chacun de nos militants se doit non seulement d’accepter cette stratégie nouvelle, mais aussi de la promouvoir et d’y participer activement.

La cessation de la lutte armée n’est pas la fin de la lutte de libération nationale, elle n’en est qu’une étape nécessaire. Dans la mesure où nous disposons à présent d’un poids suffisant au sein de la classe politique et des masses populaires pour porter la revendication indépendantiste tout en épargnant la prison ou la mort aux enfants de notre terre, il nous incombe de saisir cette occasion et d’avancer sur le chemin de la paix et de l’indépendance.

La Ghjuventù Indipendentista, qui s’est imposée comme le premier mouvement de jeunesse en Corse en moins de deux ans, doit répondre par l’affirmative à l’appel du FLNC et engager toute son énergie à expliquer aux milliers de jeunes nationalistes qui se reconnaissent dans sa démarche. La pire des erreurs serait de croire que le FLNC a rendu les armes,car il n’en est rien. Il en a simplement saisit d’autres, celles de la volonté populaire et de la légitimité démocratique. Elles sont différentes, moins romantique peut être, mais non moins redoutables.

En ces heures incertaines où la lutte pour l’émancipation nationale demeure notre seul horizon, nous n’avons pas le droit de nous ériger en donneurs de leçons ou de céder au scepticisme. Le FLNC a toujours démontré un sens aigu des responsabilités, aussi notre devoir de jeunes militants GI consiste à lui faire confiance et, afin de garantir la cohésion des structures de la L.L.N, à maintenir notre discours et nos prises de position dans le cadre de l’orientation politique qu’il a décidé de fixer.

L’Etat Français tentera de nous diviser en misant sur les divergences internes, tout comme il essaye de briser le consensus autour de la langue, de l’évolution institutionnelle et du statut de résident en réactivant ses vieux réseaux poussiéreux de la gauche bourgeoise et jacobine ou de la droite ultralibérale. Mais par la cessation des actions politico-militaires, il perd le principal argument dont il se servait, lui et ses valets locaux, pour nous ostraciser et sa position s’en trouve affaiblie. C’est en cela que l’initiative du Front se révèle tout à fait pertinente et que, soyons en convaincus, l’Histoire la validera. Les conditions sont désormais réunies pour réaliser l’unité politique du peuple Corse autour d’une base revendicative qui doit poser les fondements d’une souveraineté à venir.

BattiniGhjuventuIndipendentistaC’est dans la rue que le peuple Corse se devra d’être organisé et mobilisé afin de faire céder l’Etat Français et d’obliger ce dernier à satisfaire les aspirations démocratiques, sociales et identitaires de la société corse. Dans les mois et années à venir, la lutte de masse sera amenée à reprendre toute sa place. Les syndicats, les associations culturelles, les mobilisations populaires seront autant de terrains d’expression politique où chacun de nos militants se devra de s’investir. C’est précisément pour cette raison que la GI aura la lourde responsabilité d’être réactive et opérationnelle afin d’être à la hauteur de ce que la lutte de libération nationale est en droit d’attendre d’elle.

L’heure est enfin venue de faire fructifier tout le sang et toutes les larmes qui ont coulé pour que notre peuple redevienne maître de son destin. Car en vérité savoir tourner la page de la lutte clandestine tout en assurant la continuité de notre combat par d’autres moyens, c’est rendre le plus vibrant des hommages à tous ceux qui lui ont sacrifié jusqu’à leur vie. C’est continuer d’écrire l’histoire de la nation Corse à l’aide d’une encre moins amère mais tout aussi indélébile et dont la course reste plus que jamais implacable. Toute l’énergie humaine que la lutte armée a nécessité doit à présent être mise au service du développement des associations culturelles et politiques, de l’organisation des travailleurs, des actions publiques de terrain, c’est à dire de tout ce qui compose la lutte de libération nationale.

En ce qui nous concerne, nous autres prisonniers politiques, nous aurons très certainement à nous positionner publiquement et d’une même voix en faveur de ce processus qui doit bien évidemment prendre en compte notre situation et tenter de la résoudre, en particulier pour ceux qui ont écopé de lourdes peines ou de condamnations à perpétuité. Nous nous devons de soutenir le FLNC et, quels que soient les prochains verdicts qui seront prononcés, de participer pleinement à la construction de la paix sans jamais nous laisser gagner par la rancœur ou par la haine.

œuvrons désormais à construire une Corse apaisée, démocratique, sociale et souveraine. Une Corse débarrassée de l’exploitation du capitalisme effréné et de ses sous-produits que sont les groupes mafieux et clanistes. Une Corse qui pourra, avec l’aide de tous les patriotes de bonne volonté, assurer à sa jeunesse un avenir de paix et de dignité dans le respect de son histoire, de sa culture, de son environnement et de son droit historique à l’autodétermination et à l’indépendance nationale.

EVVIVA U FLNC ! EVVIVA A LOTTA D’INDIPENDENZA ! »

Niculaiu Battini,
Militente di a Ghjuventù Indipendentista
Prigiuneru puliticu corsu »

26 juillet 2014

(…)

CorsicaInfurmazione.org by @Lazezu 

Revue de Presse et suite de l’article  : 

sur Corse Matin, sur Alta Frequenza, sur RCFM, Sur Corsica, Sur le Journal de la Corse, Sur Alcudina, sur Corsica Infurmazione/Unità Naziunale, sur France 3 Corse, Sur Corse Net Info (CNI)

Corsica Infurmazione: l’information de la Corse, des Réseaux sociaux et des Blogs politiques [Plateforme Unità Naziunale]

Produit CORSU E RIBELLU

bandeauribelluteeshirt (1)

Produits à partir de 13e

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
error: