Produit CORSU E RIBELLU

X

(Unità Naziunale – Publié le 23 mai à 16h46) Il règne depuis quelques jours sur les plateaux de télé parisiens une atmosphère qui n’est pas sans rappeler la de chasse à courre.

Dans une actualité pourtant riche en crimes, en scandales, en attaques de policiers qui transforme le paysage français en décor de SF ou de western-spaghetti, nos pisse-copie verbeux se délectent de la couleur locale made in Ajaccio.

Ce que l’on pouvait considérer jusqu’à présent au pis comme un marronnier , au mieux comme un pont aux ânes pour stagiaires de l’Express ou du Figaro, devient un sujet central. C’est ainsi , qu’à l’heure où un président de la République s’en va ridiculiser la France en d’improbables actions diplomatiques aux quatre coins d’un monde à feu et à sang, son premier ministre prend le temps d’expliquer aux français, pourquoi , ce qu’ils voient et entendent tous les week end sur les terrains de France et de Navarre, n’est pas acceptable en Corse.

Cette exécration pour les Corses, dés lors qu’il ne s’agit pas du GR20, du figatelli et des couchers de soleil, n’a aucune explication rationnelle. C’est ce que disait Anna Harendt en parlant de l’anti-sémitisme hystérique qui avait livré à l’Holocauste de très anciens européens au prétexte que leurs ancêtres avaient été convertis au monothéisme par un rabbin au lieu de l’être par un prêtre.

Alors, comment expliquer le rejet que suscitent les Corses au sein d’une population française largement remaniée par les soubresauts de l’Histoire depuis le siècle dernier,  et où semble s’estomper les préjugés ethniques et sociaux qui ont amené la France à collaborer massivement avec les nazis?

En fait il ne s’agit pas des Français , mais bien plutôt d’une coterie qui gravite autour du pouvoir élyséen et qui regroupe au plus haut sommet de l’État un ramassis d’idéologues, d’affairistes, de journalistes et de faux intellectuels.

Tous ont leurs raisons pour organiser périodiquement des campagnes anti corses. Car au fond, ces gens qui, à des titres différents, se réclament majoritairement attachés à une terre dont ils refusent la dépossession, une langue qui se dégrade mais qu’ils prétendent sauver, un environnement jusqu’aujourd’hui relativement préservé qu’ils refusent de ruiner au nom d’un développement illusoire, ne sont que 300000 justiciables français qui remettent en question l’essence même de la République . Et l’équivalent d’un quartier de Marseille aurait la prétention de modifier le fonctionnement de l’État en des temps où sa représentation politique, gauche et droite confondues,s’efforce de se persuader que le modèle jacobin est le meilleur et de favoriser la résurgence du nationalisme français de sinistre mémoire ?

Cette camarilla a ses chantres et ses histrions qui se répandent sur tous les plateaux de télévision avec le succès que l’on sait. Il a aussi ses affairistes qui voit dans la crise corse une occasion de réaliser quelques beaux bénéfices dans une région du monde que l’héliotropisme a rendue attractive  ! Ainsi, un événement créé de toutes pièces autour d’un match de foot pourrait presque faire oublier les velléités du chef de l’État de donner un sérieux coup de canif dans la loi Littorale.

Il est temps pour nous d’imaginer un avenir différent et nous décider à résister à ceux qui veulent nous fondre dans la masse informe de la mondialisation telle qu’ils la voient…

Ghjacumu Faggianelli