Produit CORSU E RIBELLU

X

Joseph Micheli, qui sort du silence, se dit conforté par le jugement du TA qui a annulé l’élection de son opposant au fauteuil de maire. Par ailleurs, il nie les accusations de corruption d’élu portées contre lui

L’élection municipale de Centuri continue à faire couler de l’encre. On se souvient que le 29 mars, l’élection du maire de ce village de la pointe du Cap Corse avait donné lieu à un rebondissement de taille.

ElectionMunicipale (2)Bien que sa liste fût arrivée en tête le 23 mars et eut obtenu huit des onze sièges du conseil municipal, le maire sortant Joseph Micheli n’avait pas été réélu le 29 mars, jour de l’élection du premier magistrat et de ses adjoints. Trois de ses colistiers avaient en effet rallié son opposant, David Brugioni, permettant ainsi à ce dernier, avec désormais six voix contre cinq, d’endosser l’écharpe tricolore.

Ce scrutin a été attaqué devant le tribunal administratif de Bastia qui, le 19 juin, a annulé l’élection du maire et de ses trois adjoints. Ce jugement ayant un caractère définitif, étant donné qu’il n’a pas fait l’objet d’appel, les conseillers municipaux de Centuri sont, de nouveau, appelés, aux urnes après-demain.

Rappelons qu’il y a aussi un volet judiciaire. Joseph Micheli a été mis en examen pour corruption active d’élu et a été placé sous contrôle judiciaire. Il est soupçonné d’avoir commandité des intermédiaires pour proposer de l’argent à un de ses anciens colistiers ayant rejoint le camp adverse afin qu’il démissionne de son mandat de conseiller municipal.

Joseph Micheli, qui ne s’était jusque-là jamais exprimé, sort du silence. Défendu par Mes Jean-Sébastien de Casalta et Eric Morain, il réfute les accusations portées contre lui et livre son analyse sur les différents volets de cette affaire.

(…) suite ci-dessous

CorsicaInfurmazione.org by @Lazezu 

Revue de Presse et suite de l’article  : 

CORSE MATIN

Corsica Infurmazione: l’information de la Corse, des Réseaux sociaux et des Blogs politiques [Plateforme Unità Naziunale]