Produit CORSU E RIBELLU

X

(Unità Naziunale – Publié le 22 mai à 13h41) Suite au déferlement de haine anti-corse de ces dernières heures, Le Président de l’Assemblée de Corse lance un appel à la constitution d’un collectif d’avocats dans un communiqué :

Suite au déferlement de haine anti-corse de ces dernières heures, en particulier sur les réseaux sociaux, j’ai été saisi par de nombreux Corses estimant qu’il est impossible de ne pas réagir. Je partage ce sentiment.

Souvenons-nous que, par arrêt n°01-86088 du 3 décembre 2002, la chambre criminelle de la Cour de cassation avait considéré que la notion de racisme anti-corse ne pouvait être retenue, du fait que « les propos litigieux ne visaient pas une catégorie de personnes protégées par les dispositions de l’alinéa 2 de l’article 32 de la loi du 29 juillet 1881 ».

Cette décision ne doit pas être considérée comme un obstacle incontournable sur le plan juridique.

C’est la raison pour laquelle il me paraît nécessaire d’appeler à la constitution d’un collectif d’avocats corses, chargé d’organiser une riposte énergique et de faire valoir ainsi les intérêts moraux de notre peuple.

Dès aujourd’hui, je prendrai contact avec les bâtonniers de Bastia et d’Ajaccio en ce sens ainsi qu’avec des avocats corses exerçant à l’extérieur de l’île.

L’idée serait d’introduire les procédures nécessaires et, après épuisement des voies de recours interne, de saisir la Cour Européenne des Droits de l’Homme au cas où la jurisprudence de la Cour de cassation serait maintenue.

Président de l’Assemblée de Corse
Jean-Guy Talamoni