X
A la tribune des Ghjurnate Internaziunale, Jean-Guy Talamoni a préconisé qu’indépendantistes et autonomistes s’entendent pour gagner ensemble. La trentième édition des Ghjurnate Internaziunale n’aura pas représenté le rassemblement d’un mouvement contestataire ou radical. Certes, il ne s’agissait pas d’une assemblée de boy-scouts ou de gentils membres. Le « clandestinu » a été arboré sur des drapeaux, sous forme de pendentifs ou sur les tee-shirts. Des militants ont souligné la nécessité de poursuivre l’action clandestine et de ne pas rompre avec la violence politique. Le refus de succomber au réformisme a également été affirmé. Il a aussi été rappelé une solidarité indéfectible avec les prisonniers. Quant aux délégations venues d’ailleurs, elles n’ont pas été les dernières à tenir des discours combatifs. Enfin, le zèle des douaniers marseillais à l’encontre de l’association Sulidarità et plus particulièrement de ses produits dérivés, a contribué à faire monter la tension. Malgré tout cela, l’ambiance était loin de ressembler à celle tendue et défensive des années 1980 et 1990. Les sympathisants, les militants et les responsables affichaient d’ailleurs une sérénité qui en disait long sur les avancées enregistrées malgré les crises, les dissensions et les malheurs. Même le drame ayant dernièrement affecté l’Exécutif de Corsica Libera paraissait n’avoir pas prise sur le fond d’optimisme. D’ailleurs, si les participants s’étaient rendus sur les lieux des Ghjurnate de l’année 1981, leur sérénité aurait tourné au sourire satisfait. Dans l’enceinte de la Citadelle de Corti qui avait accueilli les Ghjurnate alors organisées par la Cunsulta di I Cumitati Naziunalisti – la matrice de Corsica Libera et de bien d’autres mouvements ayant porté politiquement la Lutte de Libération Nationale – un Musée de la Corse et des espaces dévolus à l’Université de Corse ont été aménagés en des bâtiments qui furent longtemps occupés par l’Armée. Preuves irréfutables que les temps ont bien changé… Un nationalisme serein et conquérant La tonalité optimiste de ces Ghjurnate avait d’ailleurs été donnée quelques jours avant qu’elles aient lieu. En présentant le programme de ce rendez-vous, Corsica Libera avait annoncé que le crû 2001 mettrait l’accent sur une légitime satisfaction et surtout sur un nouvel objectif : l’accession des nationalistes aux responsabilités en 2014. Devant les médias, au milieu d’une tablée de responsables et aux côtés de Pierre Poggioli, figure historiquement la plus marquante de la Lutte de Libération Nationale, Jean-Guy Talamoni avait en effet dressé le constat que beaucoup de revendications du nationalisme avaient désormais investi l’hémicycle de l’Assemblée de Corse. « A voir les travaux de l’Assemblée

Produit CORSU E RIBELLU

Votre site hébergé à partir de 3€ par mois...
Votre nom de domaine offert... Pour tout paiement au comptant d'une année d'hébergement... en cliquant sur le logo IPFIXE
EuroWH hébergement internet