#Corse SNCM: @CdeRoccaSerra saisit @BCazeneuve

Suite aux derniers événements liés au mouvement de grève de la SNCM et à la légitime réaction de l’ensemble du monde économique, Camille de Rocca Serra a saisi Bernard Cazeneuve pour lui exprimer son indignation face à la réaction des forces de l’ordre à Bastia et lui rappeler la responsabilité de l’Etat sur ce dossier:

bernardCazeuve-Ministre-Interieur-Corse (5)“L’Etat doit assumer ses responsabilités. Jusqu’à présent, il ne l’a pas fait en tant qu’actionnaire et a laissé croire que la survie de la SNCM dépendait du renouvellement de la flotte et qu’il négociait le règlement de la dette à Bruxelles mais cela sans aucun résultat à ce jour. Or, chacun sait que ce sont les coûts d’exploitation trop élevés qui sont à l’origine des difficultés de la compagnie. L’Etat doit aussi assurer ses missions régaliennes en garantissant la libre circulation et l’accès aux infrastructures portuaires.

Les socioprofessionnels, les chefs d’entreprise, les artisans, les commerçants, les agriculteurs constituent les forces vives qui génèrent de l’activité et de l’emploi. Témoignant leur exaspération et leur désespoir, ils ont il y a trois jours, en raison de l’inertie de l’Etat, libéré l’accès au port de Porto-Vecchio pour préserver l’économie de la Corse à l’aube d’une saison touristique qui s’annonce difficile. L’impatience est vive face au mépris avec lequel est gérée la desserte maritime de l’Extrême Sud.

Avant-hier à Bastia, des acteurs économiques ont été délogés par les forces de l’ordre alors qu’ils réclamaient légitimement le déblocage de navires immobilisés à Marseille par les grévistes de la SNCM. Cela est insupportable et injuste. Si l’Etat doit avoir pour mission d’éviter les affrontements, j’ai, pour ma part, toujours refusé la violence et privilégié la négociation au conflit et à l’affrontement. Il doit en faire sa mission et comprendre que cette grève est une fois encore une violence faite à la Corse, à son économie, à tous ceux qui ne cessent de produire, développer, entreprendre et garantir les emplois.

L’Etat impartial doit savoir reconnaître les victimes et non pas les traiter en coupables. Aussi, j’interpelle ce jour le Ministre de l’Intérieur pour que l’Etat se décide enfin à dire la vérité, à assurer sa mission régalienne mais aussi à comprendre et à respecter les socioprofessionnels. Après quatorze jours de grève, leur colère est légitime et elle doit être entendue. Si les forces de l’ordre doivent être utilisées, elles doivent l’être utilement, et ne doivent pas être engagées autrement que pour libérer les ports.

Que l’Etat ait recours aux gendarmes mobiles à Marseille s’il veut résolument mettre un terme à l’asphyxie de la Corse. Encore faut-il qu’il le veuille. Après 12 jours, les grévistes auront réussi à faire accepter par l’opinion insulaire et nationale que la liquidation de la SNCM n’est plus un spectre à éviter, mais une nécessité à mettre en oeuvre. Pour ma part, je suis aux côtés de ceux qui défendent le développement de la Corse, les outils de son économie et les entreprises insulaires. Il y a urgence à ce que chacun prenne ses responsabilités et que le gouvernement entende, comprenne et soit aux côtés de ceux qui expriment leur désarroi, c’est à dire la population et les socioprofessionnels de Corse.”

@CdeRoccaSerra

(…)

CorsicaInfurmazione.org by @Lazezu 

Revue de Presse et suite de l’article  : 

sur Corse Matin, sur Alta Frequenza, sur RCFM, Sur Corsica, Sur le Journal de la Corse, Sur Alcudina, sur Corsica Infurmazione/Unità Naziunale, sur France 3 Corse, Sur Corse Net Info (CNI)

Corsica Infurmazione: l’information de la Corse, des Réseaux sociaux et des Blogs politiques [Plateforme Unità Naziunale]

 

Produit CORSU E RIBELLU

bandeauribelluteeshirt (1)

Produits à partir de 13e

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
error: