image d'archive
 
X

(CorseMatin)Des coups de feu ont été tirés ce jeudi matin vers 4h26 du matin contre la façade de la caserne de gendarmerie de Montesoro à Bastia par des hommes qui circulaient en deux roues.

Il n’y a pas de blessés parmi les militaires. Une vingtaine d’impact a été relevée. Une moto de grosse cylindrée qui a servi au mitraillage a été retrouvée incendiée. Cet acte intervient alors que le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve effectue une visite en Corse jusqu’à ce soir.

25 étuis de type 7.62, 22 impacts, 7 balles ont pénétré l’intérieur de la gendarmerie

Il doit notamment rencontrer ce matin en préfecture d’Ajaccio les forces de sécurité, gendarmes et policiers, puis se rendre à la caserne de gendarmerie Battesti et à la base d’Aspretto. Le bâtiment de Montesoro a été la cible, le 5 décembre dernier, d’un tir de roquette lors d’une opération coordonnée qui avait également touché la caserne ajaccienne. Le ministre de l’Intérieur d’alors, Manuel Valls, s’était rendu en Corse des le lendemain de ces attentats. (/CorseMatin)

gendarmerieFLNCbastiaCazeneuveCorse (1)

[France3Corse] La gendarmerie de Bastia a été mitraillée jeudi matin, alors que le ministre de l’intérieur, Bernard Cazeneuve est en Corse pour une visite de deux jours. Il n’y a aucun blessé suite à cet attentat, seuls le mur d’enceinte et la façade du bâtiment présentent des impacts de balles. Le tir à l’arme automatique, qui n’a pas fait de victime, a été commis vers 04h30 sur le mur de la caserne. 25 étuis ont été découverts au sol, sur la route jouxtant le siège du groupement de la gendarmerie de la Haute-Corse, à Montesoro. « 25 étuis de type 7.62 ont été découverts », précise France 3 Via Stella. Le tir aurait été effectué par une ou deux personne(s) montée(s) sur un véhicule à deux roues. Une moto incendiée a été découverte peu après par les enquêteurs près de l’hôpital de Bastia. En décembre 2013, cette caserne, siège du groupement de gendarmerie de Haute-Corse, de même qu’une autre gendarmerie à Ajaccio, avaient été visées par deux tirs de roquettes antichar qui n’avaient pas fait de victime. Cet attentat, qui n’a pas été revendiqué, intervient alors que le mouvement indépendantiste s’élève depuis plusieurs semaines contre des vagues d’interpellations visant ses militants.L’enquête a été confiée conjointement à la police judiciaire et à la gendarmerie qui vont notamment visionner les enregistrements des caméras de surveillance de la caserne.Bernard Cazeneuve est arrivé mercredi soir à Ajaccio où il a présidé un dîner républicain à la préfecture avec une vingtaine d’élus insulaires.Il prononcera jeudi un discours sur l’Etat en Corse et réunira les chefs des forces de sécurité intérieure pour leur faire part des projets gouvernementaux de rapprochement la police et la gendarmerie. Il pourrait se rendre à la caserne de Montesoro afin d’apporter son soutien aux gendarmes. Dans l’après-midi, il se rendra à Corte (Haute-Corse) et à Bastia où s’achèvera sa première visite en Corse, pour y rencontrer, selon le programme du ministère, un « accueil républicain » par le nouveau maire de la deuxième ville corse, le dirigeant nationaliste Gilles Simeoni.REPORTAGES VIDEO SUR FRANCE 3 CORSE ci-dessous [/France3Corse] 

{Alta Frequenza}(Maria Lanfranchi – Alta Frequenza) – Alors que le ministre de l’Intérieur est arrivé en Corse hier soir (mercredi) et qu’il effectuera une série de rencontres et d’entretiens aujourd’hui, la gendarmerie de Montesoro a été mitraillée cette nuit. Pas de blessé mais de nombreux impacts relevés sur les bâtiments qui abritent le groupement de gendarmerie de Haute-Corse. Une moto volée et partiellement détruite a été retrouvée non loin de l’hôpital de Bastia Falcunaghja. Les enquêteurs pensent qu’il pourrait s’agir de celle utilisée par le ou les tireurs. C’est donc dans ce contexte que Bernard Cazeneuve entame sa visite ministérielle. {/Alta Frequenza}

|Corse Net Infos|Une rafale d’arme automatique a été tirée jeudi dans la matinée contre la façade de la caserne de la gendarmerie de Montesoro dans les quartiers Sud de Bastia. L’attentat qui coincïde avec la venue en Corse du ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve n’a pas fait de blessé.La façade de la gendarmerie de Montesoro a essuyé un tir d’arme automatique jeudi matin vers 4 heures. Le tir qui a été opéré depuis une moto n’a pas fait de blessé. Une vingtaine d’impacts ont été relevés sur place par les militaires et peu après les faits un deux-roues, brûlé, a été retrouvé dans le secteur de l’hôpital de Bastia. Cet attentat s’est produit un peu avant que Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur n’entame son premier voyage officiel en Corse par une cérémonie à la mémoire du préfet Erignac à la préfecture d’Ajaccio. La caserne de Montesoro,, déjà visée a plusieurs reprises par le passé, avait été touchée la dernière fois par un tir de roquettes en Décembre 2013. Le procureur de la République de Bastia et le préfet de Haute-Corse se sont rendus immédiatement sur les lieux du mitraillage dont le dossier a été confié à la section antiterroriste de Paris.  |/Corse Net Infos|

[box type= »shadow » align= »aligncenter » ]

Ils condamnent

Le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, et le président de la Collectivité territoriale de Corse (CTC), Paul Giacobbi, ont fermement condamné, jeudi à Ajaccio, le mitraillage de la gendarmerie de Bastia, qui n’a pas fait de victime. M. Cazeneuve, qui effectue sa première visite en Corse, a condamné « avec la plus grande fermeté cet acte lâche » avant de présider à la préfecture de région une réunion des chefs des forces de sécurité intérieure déployées dans l’île. Cette action mérite « la réaction la plus ferme », a dit le ministre qui a apporté son « plein et entier soutien » aux gendarmes et policiers, assurant que les auteurs du mitraillage seraient « arrêtés ». M. Giacobbi a déclaré que « cet acte particulièrement grave intervient alors (…) qu’un processus de dialogue a été engagé entre le gouvernement et la représentation territoriale depuis plusieurs mois, sur des dossiers essentiels ». Cette action, a-t-il ajouté » dans un communiqué, est « une tentative de déstabilisation à l’encontre du large consensus obtenu sur les questions constitutionnelles, linguistiques et foncières à l’Assemblée de Corse. »

Paul Giacobbi : « Je condamne avec la plus grande fermeté le mitraillage de la caserne de Montesoro et je tiens à manifester mon indéfectible soutien et ma totale solidarité aux gendarmes et à leurs familles. Cet acte particulièrement grave intervient alors que le ministre l’intérieur effectue une visite en Corse et qu’un processus de dialogue a été engagé entre le gouvernement et la représentation territoriale depuis plusieurs mois, sur des dossiers essentiels. Il constitue manifestement une tentative de déstabilisation à l’encontre du large consensus obtenu sur les questions constitutionnelle, linguistique et foncière à l’Assemblée de Corse. Pour ma part, rien n’entamera ma volonté de poursuivre dans les voies qui ont été ouvertes et qui sont des vecteurs de paix sociale, de développement et d’émancipation. « 

François Tatti, « Je condamne fermement le mitraillage de la gendarmerie de Montesoro perpétré ce matin.Cet acte va à l’encontre du travail démocratique et transparent engagé par les élus au sein des institutions de l’île. Il a mis en danger des fonctionnaires et leurs familles auxquels j’apporte tout mon soutien et ma sympathie »

Joseph Castelli « Encore une fois la violence a parlé, celle qui gangrène notre territoire. Je tiens à condamner avec la plus extrême fermeté le mitraillage à l’encontre de la Gendarmerie de Montesoro. Cette violence qui plonge la Corse dans un climat délétère est peu propice à son développement. Tout ceci me consterne, m’attriste et me révolte une fois de plus. Cet acte odieux touche au cœur un symbole, celui de la sécurité et de la paix. Je tiens naturellement à exprimer tout mon soutien à l’ensemble des personnels, à leur famille et à toutes les personnes que pareil acte doit troubler. D’aucuns continuent à privilégier un mode d’expression qui fragilise chaque jour un peu plus notre démocratie.»

Jean Zuccarelli Le mitraillage d’un bâtiment public, alors même que le ministre de l’Intérieur est en déplacement en Corse, constitue une provocation inacceptable envers l’Etat et son action résolue contre les violences de toute sorte qui sévissent dans l’île. Cet attentat aurait pu avoir de graves conséquences compte tenu du quartier à forte fréquentation où il a été commis. Il s’agit d’un acte particulièrement indigne que je condamne avec force et dont les auteurs doivent être identifiés, poursuivis et traduits devant la Justice. Aussi, je renouvelle mon soutien aux fonctionnaires de gendarmerie et à leur famille que j’ai pu rencontrer cet après-midi. 

[/box]

(…)

CorsicaInfurmazione.org by @Lazezu 

Revue de Presse et suite de l’article  : 

CORSE MATIN FRANCE 3 CORSE ALTA FREQUENZA CORSE NET INFOS

Corsica Infurmazione: l’information de la Corse, des Réseaux sociaux et des Blogs politiques [Plateforme Unità Naziunale]

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)