Produit CORSU E RIBELLU

X

Les dernières élections européennes, mesurées à l’aune de notre continent, n’ont pas ménagé les grandes surprises que laissaient présager un mécontentement que l’on sentait général.

Même s’ils en ressortent sensiblement érodés, les grands courants politiques se maintiennent et le score des partis protestataires ne dépasse pas un niveau qui ne remet pas en question l’existence de l’entité européenne.Les groupes qui se réclament du souverainisme le plus radical accroissent quelquefois leurs résultats, comme en Grèce par exemple, sans que l’on puisse considérer, eu égard aux rapports compliqués de cet État avec les instances de Strasbourg,que les Grecs ont tourné le dos à l’Europe.En réalité, ces élections ont démontré que le taux d’abstention toujours très important révèle, comme à l’accoutumée, que bon nombre d’abstentionnistes ont voulu sanctionné les « grands partis » et l’innocuité de leurs postures européennes pour résoudre une crise qui empoisonne leurs existences ! En France, plus du quart des électeurs ont fait la démarche « décomplexée » de voter pour un parti qui ne cache ni son « euro-phobie » ni son ambition souverainiste. Il faudra s’y résoudre malgré les hypocrisies de circonstance : le Front National voit venir à la lui des électeurs des deux sexes et de toutes les catégories sociales ,issus de toutes les appartenances politiques .

Le FN prend dans tous les partis et le Parti Socialiste aussi en a fait les frais ; mais derrière la certitude des chiffres on voit bien que cette formation que l’on qualifie d’extrême-droite est en train de siphonner les voix de l’UMP. En somme, le parti gaulliste, taillé sur mesure pour De Gaulle, comme le fut la constitution de la Vème République, est en train de se voir remplacé par le parti fondé par l’un des plus farouches opposants du Général ! On aurait tort de relativiser les résultats français de cette élection aux motifs qu’elles n’intéresseraient pas le corps électoral et que ce succès serait donc sans lendemain !

Ce coup gagnant bouleverse d’autant moins  le paysage européen que son système politique est désormais installé  et se trouve dans les mains des états les plus puissants. Mais dans l’hexagone,et malgré l’implantation locale peu importante du FN, on pourrait assister, lors d’élections plus courues, à un recul significatif des partis qui se déclarent « républicains »  ! Les effets conjugués de la crise et de l’affaiblissement progressif aussi bien des grands partis de la Vème que de ses institutions pourrait se traduire en France par la montée en puissance d’un grand parti souverainiste dont l’ambition avouée est de ranimer les rêves ethnocentriques d’un empire désormais disparu et non, comme il le prétend, de sortir de l’euro…

Dans cette querelle décadente, le souci des Corses n’est pas de s’opposer au FN au nom de la bien-pensance politique  ! Mais ils doivent savoir que cette tempête dans un verre d’eau qui secoue l’hexagone, annonce le refus délibéré de reconnaître à la Corse la moindre parcelle de droit à la différence, de pratiques linguistiques et culturelles, et a fortiori de la moindre poussière d’autonomie. La liste est longue des politiques qui ne veulent pas accéder aux revendications légitimes des Corses, mais ils le font toujours de manière sournoise.

Ce n’est pas le cas du FN qui l’a annoncé sans complexe à l’occasion des européennes : ce parti s’avère de plus en plus en phase avec des électeurs français à qui l’on fait miroiter un État fort à la fois contre l’Europe et contre les Peuples historiques.Ce qui , dans l’état de faiblesse doctrinale où se trouve les partis traditionnels français, va entraîner, de façon mécanique, une surenchère démagogique contraire à notre perception du politique.

Voilà pourquoi les Corses sont en droit de considérer les objectifs de Mme Le Pen comme incompatibles avec les intérêts de la Corse et de son Peuple

Ghjacumu Petru

(…)

CorsicaInfurmazione.org by @Lazezu 

Revue de Presse et suite de l’article  : 

Corsica Infurmazione: l’information de la Corse, des Réseaux sociaux et des Blogs politiques [Plateforme Unità Naziunale]