Produit CORSU E RIBELLU

X

La Commission européenne a approuvé la demande d’enregistrement de trois nouvelles appellations d’origine protégées,  » Jambon sec de Corse  » / « Jambon sec de Corse – Prisuttu »,  » Coppa de Corse  » / « Coppa de Corse – Coppa di Corsica » et  » Lonzo de Corse  » / « Lonzo de Corse – Lonzu », dans la liste des appellations d’origine protégées (AOP) et des indications géographiques protégées (IGP).

Issus de la charcuterie traditionnelle corse, ces trois produits sont élaborés respectivement à partir de de cuisse, d’échine et de longe de porc de la race locale nustrale, élément essentiel du terroir. Obtenus selon des systèmes actuels d’élevage hérités d’une tradition pastorale ancienne, ils ont constitué pendant très longtemps une des sources principales de protéines animales dans la diète insulaire corse traditionnelle.

La décision de la Commission devrait être publiée prochainement au Journal Officiel de l’Union européenne. Ces trois noms rejoindront alors plus de 1200 produits déjà protégés, dont la liste est disponible dans la base de données DOOR . Pour plus d’informations, voir aussi les pages sur la politique de qualité .

[box type= »shadow » align= »aligncenter » ]

En mars 2012, à l’issue d’un travail de plus de dix ans mené par une soixantaine d’éleveurs réunis en syndicat, la Corse est devenue la première région de France à bénéficier d’une appellation d’origine contrôlée pour la charcuterie sèche. De fait, seuls les produits élaborés selon un cahier des charges très strict imposé par cette AOC pourront utiliser les appellations de « coppa », « lonzu » et « prisuttu ». Or, la Corse comptant actuellement 540 autres éleveurs et plusieurs entreprises de « transformation de charcuterie », la question se posait du devenir de ces acteurs de la filière qui se situent en dehors du champ de cette AOC.

C’est pourquoi, dès novembre 2011, le consortium des salaisonniers corses, qui réunit neuf entreprises représentant 75 % du volume de charcuterie produit dans notre région, a saisi le député de la première circonscription de la Haute-Corse, Sauveur Gandolfi-Scheit, pour évoquer avec lui la possibilité d’obtenir la reconnaissance d’un autre label, en l’occurrence une IGP (identification géographique protégée) et ce, pour sept produits, c’est-à-dire (outre le lonzu, la coppa et le prisuttu), le figatellu, la salsiccia, la bulagna et la panzetta.

* Le consortium des salaisonniers corses (consorziu di i salamaghji corsi) comprend neuf entreprises : SARL Fontana, Salaisons Réunies, Passoni Frères, EURL « Orezza la Castagniccia, Ets Semidei, Salaisons Sampiero, SARL L’Aziana, Salaisons Pantaloni, ·SARL Charcuterie Costa & fils.

[/box]

(…)

CorsicaInfurmazione.org by @Lazezu

Revue de Presse et suite de l’article :

Corsica Infurmazione: l’information de la Corse, des Réseaux sociaux et des Blogs politiques [Plateforme Unità Naziunale]