Produit CORSU E RIBELLU

X

Au terme d’une campagne très dense parce que courte, du fait de la concomitance avec les élections municipales qui ont « mangé » deux bon mois de campagne, à quelques heures d’un scrutin majeur pour l’Europe, capital pour la Corse, c’est la veillée d’armes…

Près d’une centaine de réunions dans toute la circonscription, qui part de Savoie jusqu’à Bonifaziu… des heures d’avion, de train, d’autoroutes… de multiples sorties d’affichages, de tractages, des centaines d’assesseurs mobilisés pour la fameuse journée du 25 mai… des dizaines d’interviews données auprès de journalistes régionaux, à remercier pour leur civisme, car si nous n’avions pas la presse régionale, difficile de se faire entendre, la presse nationale, focalisée sur des enjeux franco-français et la bipolarisation du système, nous est fermée.

François Hollande sera-t-il sanctionné ? La droite poursuivra-t-elle sa remontée ? Le Front National sera-t-il en tête ?… Voilà ce qui mobilisent les médias français !

De leurs côtés, la plupart des télévisions européennes consacrent leurs heures de grande écoute à des débats de fond réguliers sur l’Europe : la paix, le développement durable, le progrès social, la sécurité sanitaire, les droits de l’homme et les droits des peuples… on mesure le fossé qui les sépare de la presse publique en France. Aucune pédagogie de l’Europe, aucun grand enjeu expliqué, place à la polémique et aux discours populistes des Le Pen ou autres groupuscules qui rêvent de leur ressembler !

Résultat : les électeurs sont à mille lieues de ce scrutin qui ne répond pas à leurs attentes : chômage, pouvoir d’achat, crise… rythment leur quotidien d’incertitudes. Et c’est bien dans ce contexte que le discours de la Fédération Régions et Peuples Solidaires séduit quand nous parvenons à leur rencontre : la reconnaissance du fait régional est la vraie réponse aux questions économiques et sociales, l’autonomie régionale est la meilleure riposte aux dérives de la mondialisation, l’Europe de la proximité c’est d’abord l’Europe de la reconnaissance des identités. L’antithèse de l’Europe des capitales, des lobbies et des États-Nations !

Le poids de R&PS

La Fédération Régions et Peuples Solidaires ne fait pas partie de ces candidatures « virtuelles », sans bulletin, sans affiche, sans programme véritable, qui se montent au dernier moment pour pousser telle ou telle revendication sectorielle ou philosophique. R&PS est installée dans la vie politique depuis plus de 20 ans et présente cinq listes sur l’ensemble du territoire français. Elle compte deux eurodéputés, tous deux têtes de liste dans le Sud-Est pour François Alfonsi, et dans les Dom-Tom pour Jean Jacop Bicep. Elle compte un député à l’Assemblée nationale, le Breton Paul Molac, des dizaines de conseillers régionaux, dont la plupart siègent dans des Exécutifs régionaux, des conseillers généraux, et des centaines de maires et de conseillers municipaux. Elle représente neuf partis dit « régionalistes », en réalité autonomistes ou indépendantistes, en Alsace, Bretagne, Catalogne, Pays Basque, Occitanie, Savoie, et bien sûr Corse. Elle fédère aussi des minorités opprimées comme les Berbères à travers le Congrès Mondial Amazigh.

R&PS est le pendant en France de l’Alliance Libre Européenne, l’un des 13 partis politiques européens, qui compte sept eurodéputés et 44 partis nationalistes en Ecosse, Pays de Galles, Euskadi, Catalunya, Galice, Flandre, Sardaigne, Sud Tyrol, etc…

C’est tout ce poids politique que porte la liste conduite par François Alfonsi.

L’Europe a bon dos !

Le système jacobin masque ses carences en se déchargeant de ses responsabilités sur le dos de l’Europe. Un exemple illustre cette situation. Récemment une directive préconise, pour la sécurité des ouvriers agricoles, d’interdire l’utilisation des escabeaux pour les récoltes. Une aberration pour l’exploitant agricole et pour le citoyen européen ! En fait, il s’agit-là de la transcription française de cette directive. L’explication a été révélée par Le Canard Enchaîné qui s’est procuré la transcription dans le droit allemand de la même directive : en réalité, sont désormais interdits les escabeaux de plus de trois mètres ! Une recommandation bien raisonnable car à une telle hauteur, il vaut mieux faire intervenir une récolte mécanique pour la sécurité de l’ouvrier. Et voilà comment, en France, on fait passer l’Europe pour une machine complexe, à mille lieues de nos réalités !

L’autre exemple est celui que François Alfonsi a révélé il y a quelques semaines au sujet de l’attribution des crédits européens pour la Corse (fonds Feder et FSE). La France obtient une augmentation de +8% de son budget aux régions au titre notamment des régions en transition, c’est-à-dire des régions, comme la Corse, toujours en retard de développement (entre 75 et 90% du PIB européen). Pourtant, entre les mains du gouvernement qui fait les arbitrages entre régions, la Corse se retrouve avec -9,90% de crédits, quand l’Ile de France, région riche, en obtient +25% ! Le comble est la flexibilité entre les différents objectifs (régions riches, régions en transition et régions pauvres) obtenues par François Alfonsi au titre du handicap de l’insularité. Passé de 1 à 3% cette enveloppe de flexibilité a en fait servi à l’Ile de France au détriment de la Corse, un véritable hold up parisien !

Comment, quand on est simple quidam et qu’on ignore tout de ces manœuvres gouvernementales, ne pas en vouloir à l’Europe ?!

Être au parlement européen, c’est avoir un droit de regard sur ces manipulations étatiques au détriment de nos intérêts, c’est faire entendre notre voix directement à Bruxelles, c’est la possibilité d’intervenir en amont des directives pour faire comprendre nos spécificités.

Voter et faire voter François Alfonsi ce dimanche 25 mai, c’est aussi soutenir les demandes de l’Assemblée de Corse dans le cadre de la réforme en cours (coofficialité, statut de résident, statut fiscal, Padduc….), c’est sortir du tête à tête mortifère avec l’État français, c’est exprimer la volonté d’avoir un représentant politique à Bruxelles, c’est tout simplement voter pour la Corse.

Fabiana Giovannini

(…)

CorsicaInfurmazione.org by @Lazezu 

Revue de Presse et suite de l’article  : 

sur Corse Matin, sur Alta Frequenza, sur RCFM, Sur Corsica, Sur le Journal de la Corse, Sur Alcudina, sur Corsica Infurmazione/Unità Naziunale, sur France 3 Corse, Sur Corse Net Info (CNI)

Corsica Infurmazione: l’information de la Corse, des Réseaux sociaux et des Blogs politiques [Plateforme Unità Naziunale]