Produit CORSU E RIBELLU

X

Cette campagne pour les élections européennes a été l’occasion d’aller au devant de la diaspora dans la circonscription du grand sud-est. Le constat est réconfortant : la Corse reste bien présente dans les cœurs et dans les esprits.

Nice, Marseille, Toulon, Aix, Hyères, Grasse, Antibes, partout dans les villes de la rive méditerranéenne de la Provence, la diaspora corse est traditionnellement bien implantée. Elle a manifesté un fort intérêt pour la campagne que j’ai mené pour ces élections européennes. Et cet intérêt a débordé jusqu’à Lyon, Grenoble et même Gap : partout les Corses de l’extérieur se sont manifestés avec chaleur et enthousiasme quand la campagne est passée à proximité de leur lieu de résidence sur le continent.

Ce mouvement d’ensemble répond à plusieurs sentiments. Celui tout d’abord d’être directement associés par leur vote à un enjeu qui impacte fortement la réalité corse. Les Corses de l’extérieur sont heureux de soutenir un « député corse », d’en connaître le bilan et d’en soutenir la candidature. Ils réalisent que l’Europe est importante pour la Corse, et que le bénéfice d’une représentation efficace à Bruxelles est nécessaire à l’île. Ils sont effarés du constat qu’un député de moins pour les régions du continent ne ferait que réduire la représentation de chacune à cinq députés au lieu de six. Tandis que pour la Corse, un député de moins, ce serait zéro député, aucun relais à Bruxelles, aucune chance de se faire entendre en cas de besoin pour défendre les spécificités de la Corse.

Ils ont aussi constaté que l’avenir de la Corse avait besoin de l’ouverture européenne. Ils apprécient que j’aie pu porter un rapport sur la diversité culturelle en Europe, en mobilisant le Parlement Européen au profit des langues menacées de disparition, ou encore que le Parlement Européen ait adopté mon rapport pour la mise en place d’une stratégie macro-régionale en Méditerranée. Ce sont là des initiatives qui auront des retombées concrètes pour la Corse, et qui pourront accompagner le changement politique que l’Assemblée de Corse met en place avec la commission Chaubon, et les délibérations successives prises à une très large majorité pour que la Corse soit inscrite dans un alinéa 72-5 de la constitution, pour que soit rendue enfin officielle la langue corse et pour que soient préservés de la spéculation immobilière les ressources foncières de leur île.

Enfin, ils réalisent que nous avons besoin d’eux, et qu’il peuvent être d’un grand apport pour dégager des solutions durables aux problèmes que traverse la Corse, au plan économique, mais aussi au plan social et au plan culturel. En trois mois de campagne, j’ai croisé, dans des manifestations ou sur les aéroports, la confrérie San Ghjiseppu di Bastia, la fondation Umani et les Muvrini, l’association Inseme qui pourvoit aux besoins en logement des familles dont un proche est hospitalisé sur le continent, Cucina Corsa qui fait connaître grâce à eux les produits et l’art culinaire de la Corse, le salon du livre corse, qui réunit les auteurs et les éditeurs insulaires, et tant d’autres initiatives qui confortent les gestes les plus positifs dont est capable la société corse.

Dans cette campagne pour les élections européennes j’ai trouvé auprès de la diaspora corse un soutien sans arrière-pensée, simplement porté par la conviction que j’avais agi dans l’intérêt de la Corse et celui de l’Europe durant les cinq années passées au Parlement Européen, et qu’il fallait, pour que je puisse continuer à le faire, encourager ma réélection.

Dans un climat marqué par le doute, par un mal-être lié à la crise économique, par le retentissement d’une grande délinquance qui affecte le peuple corse, par un gouvernement qui se refuse à ouvrir un dialogue avec l’Assemblée de Corse, la diaspora corse a pris le parti de « positiver ». C’est l’attitude la plus recommandable qui soit.

C’est elle qui fera bouger les lignes !

François ALFONSI

(…)

CorsicaInfurmazione.org by @Lazezu  Revue de Presse et suite de l’article  :  sur Corse Matin, sur Alta Frequenza, sur RCFM, Sur Corsica, Sur le Journal de la Corse, Sur Alcudina, sur Corsica Infurmazione/Unità Naziunale, sur France 3 Corse, Sur Corse Net Info (CNI) Corsica Infurmazione: l’information de la Corse, des Réseaux sociaux et des Blogs politiques [Plateforme Unità Naziunale]