Produit CORSU E RIBELLU

X

(A.Bertocchini & J.Pernici – Alta Frequenza) – Comme une mauvaise nouvelle n’arrive jamais seule, la SNCM a essuyé hier un nouveau coup de tabac qui certainement va laisser beaucoup de traces.

En effet, le groupe norvégien Siem n’est plus candidat à la reprise de la compagnie de navigation SNCM tel qu’on le pressentait après le conseil de surveillance de lundi. Le groupe s’est déclaré surpris par la décision de ce conseil qui a voté la non-reconduction du mandat de Marc Dufour à la présidence du directoire. Le non-renouvellement de la confiance des actionnaires au principal dirigeant amène de fait la mise au placard du projet de relance que celui-ci avait envisagé. Dans la perspective de ce plan de relance, Marc Dufour avait approché le groupe norvégien qui aurait pu apporter le financement nécessaire au renouvellement de la flotte. Hier, la Commission Européenne a rappelé que la France est toujours dans l’obligation de recouvrer les 440 millions d’euros d’aides publiques illégales perçues par la SNCM. Il s’agit de sommes, et on cite la Commission Européenne, « indûment perçues dans le cadre de la Délégation de Service Public 2007-2013 » considérées donc par la commission comme étant des subventions, « et d’autre part, des aides reçues dans le cadre de la privatisation et de la restructuration de la SNCM ». Nous avons interrogé Michel Stefani sur cette question épineuse de la SNCM, celui-là même qui a depuis toujours défendu becs et ongles ce dossier devant l’Assemblée de Corse. Pour l’élu du Front de Gauche, l’Etat est grandement responsable des évolutions largement négatives que vit actuellement la SNCM.

On écoute Michel Stefani

(…)

CorsicaInfurmazione.org by @Lazezu 

Revue de Presse et suite de l’article  : 

ALTA FREQUENZA

Corsica Infurmazione: l’information de la Corse, des Réseaux sociaux et des Blogs politiques [Plateforme Unità Naziunale]