Produit CORSU E RIBELLU

X

Ce week-end (vendredi 2 et samedi 3 mai) ont eu lieu, à Lorient, les 50 ans de l’UDB, l’Union Démocratique Bretonne en présence de près de 200 militants bretons, de François Alfonsi, député européen de la Corse, Gustave Alirol Président de R&PS, Günther Dauwen, directeur de l’ALE et de Roccu GAROBY Président des jeunes de l’ALE. Retour sur 50 ans de luttes, avant un état des lieux de la Bretagne à l’aube d’une période électorale cruciale qui s’annonce.

Un week-end aux couleurs de la Bretagne!

udb.jpgUn demi-siècle, ça se fête ! Et quelle fête, serait-on tenté de dire ! L’UDB est un parti politique autonomiste de gauche qui se bat notamment pour la reconnaissance du peuple breton, de sa langue et de sa culture mais aussi pour le rattachement du département de la Loire-Atlantique à la Bretagne, dont Nantes, ancienne capitale de la Bretagne, est le chef-lieu. A l’occasion de cet événement, elle a eu probablement l’un des plus cadeaux pour ses 50 ans : une finale de la Coupe de France 100% bretonne, un match splendide qui a vu la victoire de Guingamp sur Rennes, 2 buts à 0, le tout accompagné de l’hymne breton, ‘‘le Bro gozh ma zadoù’’ (Le vieux pays de mes ancêtres), magnifiquement interprété par Nolwenn Leroy au milieu de milliers de Gwenn ha du, le drapeau breton. Mà chi piacè di vede un populu fieru di i so culori è di e so squadre!

Si le rouge et le noir, couleurs de Guingamp et de Rennes, étaient présents sur la pelouse, ce sont bien les couleurs de la Bretagne, le noir et le blanc, qui ont flotté, le temps d’un match, sur les écrans de toutes les télévisions de France.

Mais ce week-end n’était pas seulement un week-end foot, c’était aussi un week-end politique, celui des 50 ans de l’UDB qui est en pointe sur la reconnaissance d’un peuple, d’une langue, d’une culture aujourd’hui en grave danger. L’UDB, c’est aussi 50 ans de luttes sociales pour un autre modèle économique et social qui se veut plus juste, plus écologique et plus décentralisé, au sein d’une Europe plus forte et plus sociale, et qui s’oppose au centralisme jacobin français autant qu’au renfermement sur soi prôné par les extrêmes de tout bord.

‘‘La Bretagne pour une Europe sociale’’

drapeau-europe.jpgMais revenons aux fondamentaux ! Faut-il rappeler que la Bretagne historique, comprenant 5 départements (Finistère, Côtes d’Armor, Morbihan, Ille-et-Vilaine et Loire Atlantique), a été dépecée par Pétain en 1941 en lui ôtant la Loire-Atlantique dont chef-lieu est Nantes ? Depuis, la France n’a jamais voulu entendre parler de ‘‘réunification’’ de la Bretagne, malgré la volonté de tout un peuple et les logiques historiques, politiques, économiques autant que sociales et culturelles !

BLOG PNC Ghjuventù

(…)

CorsicaInfurmazione.org by @Lazezu 

Revue de Presse et suite de l’article  : 

 

Corsica Infurmazione: l’information de la Corse, des Réseaux sociaux et des Blogs politiques [Plateforme Unità Naziunale]