Produit CORSU E RIBELLU

X

Dumane tutti in Bastia à 4 ore (Palazzu di Ghjustizia) per a manifestazione di u Cullettivu « Simu di Stu Paese » !
Chjamanu à manifestà :
I membri di u cullettivu : (GI, GP, CGC, Corsica Libera, Rinnovu, STC, APC, Manca, PNC Ghjuventù), Femu a Corsica, Ghjuventù Tocc’à Noi, L’Orsi Ribelli… 
E parechji gruppi o persunalità cum’è Ghjacumu Culioli, Batti Profizi, Ceccè Pesce, Yannick Cahuzac, L’Arcusgi, Cirnese, l’Altagna, l’Attrachju è tant’altri…



ALLORA DUMANE TUTTI IN CARRUGHJU PER A LINGUA, PER A TARRA E PER U POPULU CORSU !

manif10maiSimuPaese

« Pourquoi faut il aller manifester demain ? »

1) Pour la langue corse !

L’officialité de notre langue, celle de notre peuple depuis des siècles, a été votée à l’assemblée il y a un an. Tous les linguistes et scientifiques le disent, le bilinguisme est une richesse et l’apprentissage du corse ne peut qu’aider les enfants à grandir sereinement dans leur pays.

Le gouvernement à travers ses représentants a déclaré pluseurs fois que cette demande était irrecevable et qu’elle ne sera jamais appliquée car en France il n’y a qu’une seule langue, le français. Rappelons que la France est le dernier pays d’Europe à maintenir cette position archaïque envers les langues présentes sur son territoire: en Italie, Grande-Bretagne ou même en Espagne, plusieurs langues cohabitent officiellement sans aucun problème. Mais ici, comme toujours, rien ne se passe comme ailleurs et on nous refuse un droit légitime : celui de reconnaître notre langue et à travers elle, notre identité. Alors samedi, l’une de nos principales revendications sera de faire accepter ce fait à l’Etat: cette langue est la nôtre et nous voulons qu’elle soit officielle sur notre terre, comme le veulent 90% des élus de l’assemblée de Corse.
Perchè simu di stu paese, è chì ci vulemu campà.

2) Pour le Statut de résident !

L’Assemblée de Corse a voté le statut de résident grâce à une large majorité (plus de 60 %). Grace à ce statut, seuls les personnes résidant en Corse depuis plus de 5 ans pourront y devenir propriétaires d’un bien immobilier.

Alors, c’est discriminatoire ce statut ?

Sûrement pas ! Aujourd’hui les corses n’ont plus les moyens de s’acheter un bien immobilier chez eux alors que de riches étrangers avec des moyens illimités viennent acheter des terrains, maisons ou appartements sans compter.
Si l’on ne fait rien, le peuple corse sera spolié de tout son patrimoine et nous serons contraints de nous installer dans un autre pays. La seule discrimination qui existe est celle qui consiste à permettre à des gens qui résident ailleurs et qui n’ont aucun intérêt autre que spéculatif en Corse de posséder notre terre, le tout au détriment des corses qui ne peuvent plus s’y loger.

« Oui mais c’est les corses qui vendent les maisons » nous répondent certains.

Les corses n’étant pas des surhommes, malheureusement, lorsque quelqu’un leur propose un prix démesuré pour un bout de terre ou une maison, bien souvent l’offre est acceptée et les terres vendues.
Mais avec le statut de résident, personne n’aura plus à se retrouver dans cette situation et les prix de l’immobilier baisseront de manière considérable, ça a été prouvé par la pratique dans d’autres pays.
Des dérives subsisteront sans doute mais une chose est certaine : si nous voulons sauver notre patrimoine, il faut descendre dans la rue le 10 mai pour revendiquer ce statut de résident !

PERCHÈ SIMU DI STU PAESE È CHÌ CI VULEMU CAMPÀ, TUTT’IN CARRUGHJU U 10 DI MAGHJU !

3) Pour le statut fiscal !

Depuis des siècles, la Corse est soumise à une politique fiscale spécifique. Nous devons avoir une fiscalité adaptée à la réalité locale et non une loi qui serait la même de Dunkerque à Tours en passant par Porto-Vecchio. L’assemblée a voté à l’unanimité en cette direction l’an dernier. La Corse l’a dit : elle veut vouloir gérer elle-même sa fiscalité et ne pas avoir à subir les décisions iniques de Paris. Nous voulons également que tout impôt payé sur l’île soit réinvesti ici. Le sujet est revenu sur le devant de la scène car le Conseil Constitutionnel s’est réveillé un matin en décidant qu’il allait, après 200 ans, censurer les arrêtés Miot : pour résumer, les Corses devront payer dorénavant des fortunes pour hériter des maisons de leurs parents ou grands-parents, par le biais de droits de succession mirobolants.
Alors, certains rétorquent « Si c’est comme ça ailleurs, pourquoi pas ici ? »
Tout d’abord, la valeur des biens fonciers en Corse est largement supérieure à celle de régions similaires en France à cause de la spéculation qui fait monter les prix. Une maison de famille, à surface égale, coûtera par exemple 150 000€ en Charente et 500 000€ en Corse. Nous payons donc beaucoup plus de droits de succession que les autres puisque ces derniers sont calculés en fonction de la valeur de la maison. Ceci est d’autant plus injuste que le revenu moyen corse est inférieur à celui de toutes les autres régions françaises. Petit à petit nous allons nous trouver obligés de vendre à des étrangers fortunés (seuls acheteurs potentiels) tous nos biens pour pouvoir payer ces droits exorbitants, et notre terre ne nous appartiendra plus. 
Dans un second temps, il faut tout de même préciser que nous ne pouvons accepter tout et n’importe quoi parce que « cela se fait ailleurs ». Si les français, notamment ceux de l’Ile de Ré, sont contents de se faire déposséder, nous, nous ne l’accepterons jamais et nous battrons pour avoir une situation fiscale adaptée, garder nos maisons et vivre sur notre terre.
La Corse doit vivre, nos biens doivent rester nôtres, perchè simu di stu paese è chì ci vulemu campà !

4) Pour une avancée institutionnelle !

Les élus de l’Assemblée de Corse ont voté à l’unanimité le « rapport Chaubon » qui propose d’octroyer à la CTC de larges compétences.
Le statut actuel de la Corse ne vaut rien puisque les décisions les plus importantes qui nous concernent sont prises à Paris sans que nous ne puissions émettre ne serait-ce qu’un avis.

Une véritable réforme institutionnelle est indispensable dans un premier temps pour pouvoir décider ici de notre avenir, de la sauvegarde de notre langue, de notre terre, d’une réforme fiscale, agricole, foncière, du statut de résident et, plus généralement, de toutes les décisions qui nous touchent directement.

L’Etat ne peut plus continuer à tourner le dos au peuple corse en récusant la plus simple et la plus digne expression de la démocratie.

Cela, le peuple corse ne l’acceptera jamais !

Parce que les corses doivent pouvoir choisir eux-mêmes leur avenir, il faudra être présent demain à nos côtés à Bastia !

PERCH’A NOSTRA CUSCENZA HÈ RESISTENZA
È PERCHÈ SIMU DI STU PAESE È CHÌ CI VULEMU CAMPÀ, TUTTI IN BASTIA DUMANE À 4 ORE !!

[divider]

SimudistuPaeseCollectifnationalistecorse

[divider]

1) Per a lingua corsa !

L’ufficialità di a nostra lingua, quella di u nostru populu dapoi seculi è seculi, fù vutata à l’assemblea un’annu fà. Tutti i linguisti è i scentifichi a dicenu, u bislinguisimu hè una ricchezza è l’amparera di u corsu ùn pò ch’aiutà i zitelli à cresce ind’u so paese. U guvernu à traversu i so rapresentanti hà dichjaratu parechje volte ch’ella era una tuntia è ch’ella ùn si farà mai, perchè in Francia ùn c’hè ch’una lingua, u francese. Ramintemu chì a Francia hè l’ultimu paese d’Auropa à avè issa pusizione arcaica di pettu à e lingue prisente nant’à u so territoriu : in Italia, Brittania o puru in Spagna, parechje lingue sò ufficiale è tuttu si passa bè. Ma ind’è noi, cum’è sempre, l’affari ùn si passanu cum’è altrò è ci ricusanu un dirittu legitimu : quellu di ricunosce a nostra lingua è traversu sta lingua, a nostra identità. Allora sabbatu, l’una di e nostre principale rivindicazione, sarà di fà accittà stu fattu à u Statu : Sta lingua hè a nostra è a vulemu fà ricunosce ! Cum’è 90% di l’eletti di l’assemblea di Corsica !
Perchè simu di stu paese, è chì ci vulemu campà. 

2) Per u Statutu di residente !


L’Assemblea di Corsica hà vutatu u statutu di residente cù una magiurità assai larga (più di 60 %). Grazi’à stu statutu, ùn pudaranu cumprà un tarrenu o una casa solu quelli chì stanu in Corsica dapoi 5 anni à u minimu.

Sarà discriminatoriu stu statutu ?

Manc’appena ! Oghje, i corsi ùn anu più i mezi di cumprassi un pezzu di tarrenu, una casa o un appartamentu ind’è elli mentre chì certi ricconi sbarcati di fora venenu quì cù soldi à l’ingrossu è senza limite.
S’ellu ùn si face nunda, u populu corsu hà da esse spugliatu di tuttu u so patrimoniu è saremu ancu ubligati à parte in astrò. E a sola discriminazione sarebbe què !

« Iè ma sò i corsi chì vendenu e case ! » ci rispondenu certi.

Quandu calchissia prupone un prezzu sprupositu pè un pezzu di tarra o una casa, i corsi ùn essendu nè megliu nè peghju ch’un astru populu, à spessu l’offerte sò accittate.
Ma cù u statutu di residente, più nimu si ritruvarà in sta situazione è po, hè pruvata, i prezzi calaranu è ci pudaremu allughjà ind’è noi cù menu difficultà.
Un statutu ùn pò esse perfettu è forse chì certi truvaranu i mezi di cunturnallu, ma una cosa hè sicura : s’è no vulemu salvà u nostru patrimoniu , ci tocc’à falà in carrughju u 10 di maghju da rivendicà stu statutu di residente !

3) Per u Statutu Fiscale !

Dapoi seculi, a Corsica hè sottumessa à una pulitica speciale per ciò chì tocc’à a fiscalità. Devemu avè una pulitica fiscale adattata à a realità lucale, è micca una lege chì sarebbe a listessa da Dunkerque à Tours passendu per Portivechju. L’assemblea l’hà vutatu à l’unanimità, annu. Vulemu chì a Corsica possi gestisce da per ella u so destinu fiscale : e decisione ùn devenu esse pigliate da Parigi per noi. Vulemu dinù chì l’impositi pacati da i Corsi stianu in Corsica è sianu investiti quì ! U sugettu hè ghjuntu torna ind’è l’attualità perchè u Cunsigliu Custituziunale s’hè discitatu, è ci anu cacciatu dop’à 200 anni ciò chè no chjamemu « l’Arresti Miot », vale à dì chì oramai i corsi anu da pacà furtune per tene e case di i so parenti, à traversu di i diritti di successione.
Allora, certi dicenu « hè cusì in altrò, perchè ùn saria cusì in Corsica » ?
U prim’affare hè chì u valore di i prezzi di u fundariu in Corsica sò soprevaluati per via di a speculazione chì face cresce u mercatu. A listessa casa di famiglia, custerà per esempiu 150 000€ in Charente è forse 500 000€ in Corsica. Dunque pachemu assai più diritti di successione chè l’altri postu ch’elli sò calculati nant’à u valore di a casa. E fà è fà, c’avemu da ritruvà ubligati à vende tutte e nostre case per pudè pacà issi diritti, è a nostra tarra ùn ci appartenerà più.
U sicond’affare hè ch’ùn avemu da accittà tutu è n’importa chè perchè “si face in altrò”. S’è i Francesi sò cuntenti di fassi spuglià, noi ùn l’accittaremu è ci batteremu per strappà un statutu fiscale sfarente, tene e nostre case è campà in tarra nostra.
A Corsica deve campà, e nostre case devenu stà nostre, perchè simu di stu paese è chì ci vulemu campà !

4) Pè un’avanzata istituziunale !

L’eletti di l’Assemblea anu vutatu à l’unanimità u « raportu Chaubon » chì prupone di dà di più cumpetenze à a CTC.
U statutu attuale di a Corsica ùn vale nunda postu chì e decisione e più impurtante chì ci toccanu sò pigliate in Pariggi senza ch’è no possimu dà u nostr’avisu !

Una vera riforma istituziunale hè indispensevule, ind’un primu tempu per pudè decide quì di u nostr’avvene, di a salvezza di a nostra lingua, di a nostra terra, di una riforma fiscale, agricula, fundiaria, di u statutu di residente è di tutte e decisione impurtante chì ci cuncernanu direttamente.

U Statu ùn pò più cuntinuà à girà u spinu à u populu corsu ricusendu a più semplice è degna sprissione di a demucrazia .

U populu corsu ùn l’accittarà mai !

Perchè i corsi devenu sceglie elli di u s’avvene da ammaistrà infine u so destinu, ci tocc’à falà in carrughju dumane in Bastia !

PERCH’A NOSTRA CUSCENZA HÈ RESISTENZA
È PERCHÈ SIMU DI STU PAESE È CHÌ CI VULEMU CAMPÀ, TUTTI IN BASTIA DUMANE À 4 ORE !!

(…)

CorsicaInfurmazione.org by @Lazezu 

Revue de Presse et suite de l’article  : 

sur Corse Matin, sur Alta Frequenza, sur RCFM, Sur Corsica, Sur le Journal de la Corse, Sur Alcudina, sur Corsica Infurmazione/Unità Naziunale, sur France 3 Corse, Sur Corse Net Info (CNI)

Corsica Infurmazione: l’information de la Corse, des Réseaux sociaux et des Blogs politiques [Plateforme Unità Naziunale]