Produit CORSU E RIBELLU

X

(Unità Naziunale – Publié le 16 mai 2018 à 8h45L’installation exponentielle de grandes surfaces en Corse est aberrante et contraire aux orientations du Padduc. La majorité nationaliste aux responsabilités y est opposée et l’a déjà exprimée à plusieurs reprises.

Absence de maîtrise de l’aménagement public, défaut d’implication des collectivités dans l’urbanisme opérationnel, constructions au gré d’opportunités foncières, sans projet global, mainmise d’opérateurs privés sur le développement et sollicitation « après coup » de la puissance publique pour qu’elle accompagne ce développement anarchique par la réalisation de voiries et d’infrastructures… on marche sur la tête ! Et c’est bien sur ces points qu’alerte le Padduc.

Il faut des « projets urbains » pour réparer les dérives du passé, requalifier des zones entières, respecter les espaces stratégiques (agricoles ou environnementaux), maîtriser l’aménagement du territoire pour impulser un véritable développement durable.

Le Padduc a prévu plusieurs outils pour y parvenir (secteurs à enjeux régionaux, projets de territoires intégrés…). Parallèlement, il est nécessaire de mettre un coup d’arrêt aux visions détachées de ces orientations d’aménagement. Les communes doivent établir un projet d’ensemble, mettant en oeuvre les conditions d’un aménagement durable et l’implication des constructeurs au financement des aménagements et équipements publics à prévoir.

Core in Fronte a révélé un projet de centre commercial à Lucciana, sur un Espace stratégique agricole, par ailleurs inondable. Ce projet n’a pas lieu d’être. Il n’a d’ailleurs pas été déposé devant les instances délibératives (commune de Lucciana, Commission d’aménagement commercial…).

Et s’il l’était en l’état, il ne pourrait qu’être rejeté, puisque d’une part les conditions ci-dessus exposées ne sont pas remplies, et que d’autre part, les ESA et zones inondables sont inconstructibles. Tout projet de centre commercial de ce type ne peut qu’être rejeté. La majorité nationaliste y veillera.

Fabiana Giovannini sur Arritti