X

L’Associu Sulidarità vit une année mouvementée après plus de 10 ans d’existence. En juillet dernier, un simple douanier (?) contrôle un chargement  venant de Chine contenant des articles pour une entreprise qui propose des articles pour les magasins de souvenirs en Corse et pour l’Associu Sulidarità. Plus de 5000 porte-clés sont alors mis sous séquestre et une enquête préliminaire pour « apologie du terrorisme » voit le jour. Le Président de l’Associu est convoqué au commissariat d’Aiacciu pour répondre aux questions du Procureur d’Aix en Provence.

Porte-clé, autocollants, serviettes de plage, tee-shirts à l’effigie du Ribellu sont depuis les années 80 en vente aux profits des diffèrentes « association humanitaire » de soutien aux prisonniers politiques. Ces articles « s’arrachent » depuis des années et sont vendus en toute transparence dans les commerces de l’ile et lors des activités de l’Associu Sulidarità.

Les statuts de l’Associu Sulidarità sont clairs : Soutien aux prisonniers politiques et à leurs familles, rien de plus.

Depuis plus de 10 ans elle porte un soutien sans faille aux victimes de la répression coloniale ainsi qu’à leurs familles en envoyant un mandant mensuel aux prisonniers politiques et en participant aux frais d’avocats. Elle est toujours aujourd’hui la porte parole du rapprochement des prisonniers en Corse, reçue à l’Assemblée Nationale Française, par des représentants de l’UMP, par les députés de la Corse ainsi que par les Présidents de l’Assemblée de Corse.

Ce fameux rapprochement qui dérange l’appareil étatique et les ultras jacobins, ancien adepte de la CFR,  dont certains voudraient faire payer à l’Associu cette application de la Loi.

L’Associu Sulidarità n’a de vocation qu’humanitaire.

Etape 1 : Quand bien même un procureur de la République (aux ordres?) veut voir l’Associu Sulidarità accusée d’apologie du Terrorisme, surement à travers une décision de justice qui pourrait déboucher sur un décret d’interdiction et donc de dissolution officielle par l’Etat de l’Associu Sulidarità.

Etape 2 : Les teeshirts de l’Associu Sulidarità déplaise à l’administration pénitentiaire de Borgu, ou plutôt à un « capitaine des matons » qui sur un « excès de zèle inutile », vient de déclencher une vague de réaction aussi bien intra-muros qu’à l’extérieur de la prison.

En effet, lors de la visite de la famille Santoni à la prison de Borgu, samedi en 6, des membres portaient un tee-shirt « Associu Sulidarità » distribué lors des Ghjurnate Internaziunale aux bénévoles de cette Associu. A la sortie du parloir, ils se retrouvent bien malgré eux, mis à l’écart, et « réprimandé » par un responsable « Matons » pour une histoire de tee-shirt « interdit ».

Tee-shirt, composé, comme la photo l’indique du nom du site devant et du logo derrière. Rien de très illégal, ni de très interdit, et encore moins un appel à la violence terroriste…

Et pourtant ce tee-shirt a déclencher une mini-crise le samedi 6 août dernier, nécessitant l’intervention de la représentante de l’administration pénitentiaire devant le refus de la famille Santoni de quitter la salle où ils avaient été cloîtré par ce fameux Capitaine qui n’aimait pas visiblement le tee-shirt et l’Associu Sulidarità.

Cette responsable a reconnu au grand dam de son subalterne, que le tee-shirt ne présentait aucun problème. Subalterne qui selon RCFM, aurait menacé Charles Santoni de sanction si des membres de sa famille revenaient à un parloir avec ce type de vêtement

L’histoire aurait pu en rester là.

Selon le Président de l’Associu Sulidarità, le samedi dernier (le 13 août), Charles Santoni décide de refuser les « fouilles aux corps nues devant tout le monde », il est suite à cet incident mis au « mitard ». Dans la foulée, les prisonniers politiques de Borgu ont alors déclaré à l’administration que si Carlu Santoni restait aux « mitards », eux aussi voulaient y aller. Deux militants politiques ont été placé en isolement pendant trois jours.

Depuis cet incident l’administration pénitentiaire refuse de répondre à l’Associu Sulidarità.

Les joueurs de foot du Sporting Club de Bastia et de l’ACA vont ils être poursuivis pour apologie du terrorisme ?

sur le même sujet :

Corse – Après les porte-clés « apologie du terrorisme » attaqués judiciairement, voici les tee-shirts mis au pilori par la pénitentiaire

Corse, Corsica – Prighjuneri pulitichi : l’Associu Sulidarità dinunzia l’atti di certi agenti di Borgu

Corse – RFCM, Associu Sulidarità : « Des tensions à la Prison de Borgo ? »


Faites passer l’information autours de vous en cliquant sur :

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)