X

Réponse du Riacquistu di Portivechju à la lettre ouverte de l’A.P.C. A lire ci dessous :  

« Si vous trouvez que l’éducation coûte cher, essayez l’ignorance. » Abraham Lincoln

 ► Les effectifs des écoles et les établissements scolaires :

 Pour avancer des propositions concrètes, il nous d’abord faire le point de la situation. La commune compte trois écoles maternelles (Pifanu, Funtana Vechja et Trinité) avec 481 élèves dans 11 classes, 6 écoles primaires et maternelles (Joseph Pietri, Marcellesi, Trinité, Murateddu, Ceccia) avec 983 élèves dans 41 classes. Soit un total de classes de 52 classes et de 1 464 élèves. Ce qui fait un taux d’encadrement de 28,15 élèves par classe. Ce qui laisse entrevoir de futures créations de postes.

La répartition se fait de la manière suivante.

– 813 élèves sont scolarisés dans les 3 écoles du centre ville.

– 651 élèves sont scolarisés dans les écoles en dehors de la ville y compris Pifanu.

Environ 250 à 300 élèves habitent la ville et ses quartiers environnants.

Une réalité s’impose. Il y a inadéquation entre les établissements scolaires actuels et la répartition géographique de l’habitat des élèves.

Pour cette raison, il faut à la fois gérer le présent et prévoir l’avenir.

– Gérer le présent, en répartissant dans les écoles actuelles les élèves de façon raisonnable, en conformité avec les capacités d’accueil de chaque établissement, en étant très attentif aux phénomènes de concentration d’enfants d’origine étrangère ou en grande difficulté. Pour cela il faudra mettre en place une commission de répartition des élèves avec des représentants des écoles (les directeurs), des représentants d’association de parents d’élèves et des représentants de la mairie.

– Prévoir l’avenir, en réfléchissant en concertation, à la construction de nouvelles écoles en dehors de la ville. Cela règlerait à la fois les problèmes d’accès, de circulation, de transports scolaires, de stationnement, de sécurité et de proximité de l’école du domicile. Les locaux actuels seraient utilisables pour créer un centre administratif avec parking. Le nombre et l’emplacement des écoles seraient à définir en fonction de l’état des lieux des effectifs actuels et à venir.

► Les rythmes scolaires :

La réforme des rythmes scolaires à l’école primaire introduit essentiellement deux nouveautés dans l’organisation du temps scolaire: une répartition des heures de classe sur neuf demi-journées au lieu de huit en privilégiant les moments de la journée où ils sont les plus attentifs et l’introduction de trois heures d’activités périscolaires hebdomadaires à la charge des communes.

A ce jour, la municipalité de Portivechju a fait le choix de ne pas élaborer de Projet Educatif Territorial (PEDT). Elle s’est ainsi privée de la possibilité d’obtenir des dérogations dans l’organisation du temps scolaire (par exemple, une fois par semaine une journée de 6H de classe au lieu des 5H30 maximum autorisées) et le plus grand flou règne sur la nature des activités périscolaires qui seront proposées à nos enfants, les taux d’encadrement de ces activités et le niveau de formation des intervenants. Un PEDT aurait pourtant permis de donner une lisibilité et une cohérence à l’application de cette réforme à l’échelle de notre commune. Il prévoit notamment la création d’un comité de pilotage réunissant l’ensemble des acteurs, y compris les parents d’élèves, pour élaborer et suivre sa mise en oeuvre.

Nous ferons donc le choix de remettre à plat au plus tôt l’application de cette réforme dans notre commune en relançant l’élaboration d’un Projet Educatif Territorial. Nous entamerons rapidement une concertation sincère avec tous les acteurs de ce dossier (enseignants, personnel communal, autorités académiques, parents d’élèves, associations sportives et culturelles) afin de proposer à nos enfants une organisation du temps scolaire propice à leur épanouissement et des activités périscolaires qui ne soient pas une simple extension de la garderie.

Nous sommes décidés à y affecter des moyens financiers et humains à la hauteur de l’enjeu que représentent le bien-être et l’éducation de nos enfants. Toutefois, afin de garantir la qualité des activités périscolaires proposées et de leur encadrement, une participation financière pourra être demandée aux familles, comme c’est déjà le cas pour certaines activités proposées dans les écoles. Elle demeurera modique et modulable sur critères sociaux.

Cette réforme laisse une grande latitude aux communes pour organiser les activités périscolaires. Nous nous emploierons à y intégrer largement la langue corse conformément à notre engagement en faveur de la co-officialité.

Les futurs aménagements des locaux scolaires devront être pensés de nature à permettre l’organisation d’activités périscolaires à vocation culturelle, sportive et même scientifique en leur sein (salles polyvalentes, terrains et équipements sportifs, etc…).

Saisissons cette réforme comme une opportunité d’ouvrir nos écoles sur notre territoire et sa culture et non comme une charge supplémentaire qui nous est imposée par l’Etat.

► Restauration scolaire :

La restauration scolaire existe dans les écoles primaires. Dans l’immédiat il faut l’étendre rapidement aux enfants des écoles maternelles, de même que les transports scolaires en y apportant les moyens nécessaires.

La restauration actuelle est déléguée à une entreprise extérieure à la commune. Il faut revenir à une restauration municipale ou intercommunale, depuis Bonifaziu jusqu’à Sainte Lucie de Porto Vecchio et Conca. Une unité centrale, bien située, financée par l’intercommunalité au prorata de ses élèves, assurera la confection et la distribution des repas dans un délai très court. L’exemple du collège 2, avec des produits frais, souvent locaux, est remarquable. Pourquoi ne pas l’étendre à la microrégion.

► Les remplacements des enseignants :

Ce problème n’est pas de la compétence de la mairie. Cependant, celle-ci doit être un interlocuteur privilégié avec l’administration pour exiger le respect de l’égalité et des engagements pris dans ce domaine par les autorités académiques.

En outre, il faut encourager les remplaçants à venir à Portivechju en leur assurant le logement provisoire. Pour cela, récupérer les anciens logements de fonction auxquels les professeurs des écoles n’ont plus droit, les restaurer et les mettre à la disposition des remplaçants.

► Les technologies numériques dans les écoles :

L’utilisation des technologies numériques repose sur le volontariat des enseignants. Cependant, la mairie peut encourager les enseignants à se former à l’utilisation de ces nouveaux outils pédagogiques en leur garantissant les moyens nécessaires. Un effort sera fait par la commune pour doter les équipes pédagogiques volontaires des équipements numériques (ordinateurs, tableaux numériques, tablettes tactiles ou autres) qu’elles jugeront nécessaires. Un partenariat devra être établi avec la Collectivité Territoriale de Corse pour accompagner le financement de tels équipements.

► Coofficialité de la langue corse :

La mairie n’a pas à intervenir dans le domaine des programmes scolaires. Cependant elle peut encourager ce vote unanime de l’assemblée territoriale en encourageant son personnel scolaire à utiliser la langue corse dans leurs activités. Elle peut aussi encourager les enseignants en leur offrant les moyens et les outils pédagogiques nécessaires. Elle peut aussi encourager les enseignants à mettre en place des rencontres régulières entre les élèves d’une école, ou d’écoles différentes, à travers l’organisation de « ghjustri sculari » ou tout autre projet mettant en valeur la langue corse. La mairie s’engage à mettre les moyens financiers et pratiques pour organiser ces rencontres.

Le projet du Riacquistu sur la langue corse prévoit par ailleurs une grande campagne de formation contractuelle du personnel communal.

► Sécurité :

C’est une situation à étudier école par école, sans oublier les collèges et le lycée. La plus grande difficulté se trouve dans le secteur Funtana Vechja à cause du nombre élevé d’enfants au même endroit, sans parking et avec des accès très difficiles.

Dans l’immédiat il faut sécuriser les sorties et les rues par des aménagements adéquats : parapets, barrières de sécurité, circulation arrêtée, et surtout par la présence d’un ou plusieurs agents de la police municipale aux entrées et sorties.

►Loi handicap :

Nous souscrivons pleinement aux objectifs de la loi du 11 février 2005, dite « loi handicap », qui sont de permettre l’accessibilité de tous à tous les Etablissements Recevant du Public (ERP) et aux transports publics en prenant en compte tous les types de handicap.

Toutefois, l’échéance du 1er janvier 2015 initialement prévue pour son application sera difficile à respecter pour les établissements scolaires anciens de la commune de Portivechju, en particulier ceux de la ville qui n’ont jusqu’ici fait l’objet d’aucun aménagement en ce sens.

Par ailleurs, la date butoir d’application de cette loi vient de faire l’objet d’un report de la part du gouvernement, avec la mise en place d’Agendas d’accessibilité programmée pour les collectivités locales qui ne pourront être en conformité avec les règles d’accessibilité pour 2015. Nous nous saisirons de ce dispositif afin d’établir et de mettre en oeuvre un calendrier crédible et aussi resserré que possible de mise aux normes de nos écoles et au delà de tous les ERP relevant de notre commune et des transports scolaires.

Le chantier de l’accessibilité de « tout à tous » sera une des priorités de notre mandature.

►Transports :

Les transports scolaires doivent être couplés avec les transports collectifs. Il faut ouvrir les transports scolaires aux enfants de maternelle en mettant les moyens exigés. Il faut mettre également en place un transport en commun intercommunal.

En ce qui concerne la desserte de l’Università di Corsica, un transport en commun régulier est à négocier en concertation avec les étudiants, les transporteurs, l’Université, les autres communes de l’Extrême Sud, le Conseil général de Corse du Sud et la CTC. Il conviendra d’en définir la fréquence, les horaires et les tarifs de manière de manière à renforcer l’accessibilité de la seule ville universitaire de notre île pour les jeunes de Portivechju et de notre microrégion.

U RIACQUISTU DI PORTIVECHJU

Article publié le 18 mars 2014, à lire ci dessous

(…)

CorsicaInfurmazione.org by @Lazezu 

Revue de Presse et suite de l’article  : 

RIACQUISTU

Corsica Infurmazione: l’information de la Corse, des Réseaux sociaux et des Blogs politiques [Plateforme Unità Naziunale]

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)