Produit CORSU E RIBELLU

X

Bisbille, chamaillerie et chicane alimentent les conversations des socialistes insulaires depuis bien des années. Ils sont un millier de militants (300 dans le sud et 600 en Haute-Corse). On connaît des divergences de vue – et de position – entre le leader porto-vecchiais Jean-Marc Ciabrini et le responsable bastiais Laurent Croce, mais le grabuge semble se focaliser, à présent, en Corse-du-Sud.

Depuis les dernières territoriales, les coups de boutoir contre le premier secrétaire de la fédération de Corse-du-Sud s’accentuent. On lui reproche de maintenir le PS dans les limbes électorales, et de ne pas être capable, faute de charisme et de représentativité politique, de tirer le PS vers le haut. De quoi aiguiser bien des ambitions pour la tête de ce parti national qui, sur l’île, a toujours été à la traîne du PRG et du PCF.

.

This content is restricted to site members.

Contenu réservé aux membres

Produit CORSU E RIBELLU