Produit CORSU E RIBELLU

X

Depuis plus de 10 ans, tous les ministres français qui se sont succédés en visites officielles en Corse ont TOUS, sans aucune exception et quelle que soit leur étiquette politique, affirmé qu’il était normal de rapprocher de leur famille les détenus. Un président de la République française a même expliqué que «lorsque l’on condamnait quelqu’un, c’est lui que l’on condamnait, pas sa famille».

Le législateur c’est penché sur la question, et grâce à l’impulsion d’un député corse, une loi a été votée à l’Assemblée Nationale française pour renforcer les systèmes déjà en place. Nous attendons toujours que le Sénat examine et vote cette loi.

VIDEO DE FTVIASTELLA

Chaque rapprochement de prisonnier ou de détenu ayant été largement médiatisé, l’Etat français a fait croire à notre peuple, entièrement acquis à la cause du rapprochement, que c’était une chose faite, que tous les prisonniers étaient rentrés. Depuis son accession au pourvoir, la Gauche n’a fait preuve d’aucune humanité et les rapprochements sont plus même plus rares qu’avant ! Et ceci en totale contradiction avec la situation politique en Corse, dont Paris, une fois de plus n’a pas pris la mesure. La situation est tout autre. Même si grâce aux très nombreuses mobilisations que nous avons portées, nous avons obtenus le rapprochement d’un nombre important de patriotes emprisonnés, de nombreux prisonniers politiques sont encore à ce jour incarcérés dans les prisons françaises.

Aujourd’hui, le seul texte de loi en vigueur dans la législation française qui évoque le rapprochement des détenus et l’article 34 de la loi n° 2009-1436 du 24 novembre 2009 dite loi pénitentiaire. Cet article est clair est sans ambiguïté : « Les prévenus dont l’instruction est achevée et qui attendent leur comparution devant la juridiction de jugement peuvent bénéficier d’un rapprochement familial jusqu’à leur comparution devant la juridiction de jugement. » Cette loi n’a jamais été appliquée pour nos prisonniers, sans qu’aucune raison valable ne nous ait été fournie.

Contadini paul andré 2005
Contadini paul andré en 2005

Le cas de Paul André Contadini est particulièrement démonstratif de cette volonté toujours présente de l’Etat français d’appliquer une double peine pour nos prisonniers. Incarcéré depuis un an et demi, son dossier est fermé depuis le mois de novembre 2013, il est dans l’attente d’une date pour son jugement qui n’interviendra donc pas dans les prochains mois, et il n’a reçu aucune réponse à ses demandes de transfert en Corse au nom de l’article 34 de la loi pénitentiaire.

Non seulement il n’est pas rapproché en Corse, mais au contraire, l’administration pénitentiaire et les responsables de la maison d’arrêt de Fresnes où il est incarcéré s’acharnent sur lui pour lui rendre la vie plus difficile. Il ne reçoit pas régulièrement la presse corse et subit de nombreuses pression, notamment de la part d’un surveillant Chef (CSP), qui profitant d’un handicap passe son temps à provoquer les détenus, en espérant se faire frapper pour demander une pension, de l’aveu même de ses collègues.

Nous invitons les responsables de l’administration pénitentiaire à faire le nécessaire pour que ce CSP provoquant n’entre plus en contact avec nos prisonniers, puisqu’il est incapable de faire son métier correctement.

Nous invitons également les gens qui veulent aider les prisonniers politiques corses à ne pas diffuser de fausses nouvelles alarmantes, sur les réseaux sociaux, qui inquiètent inutilement les parents et amis de nos prisonniers.

Nous rappelons que chaque déplacement pour les parents, la famille ou les proches de Paul André Contadini est un véritable parcours du combattant, et bien entendu, coûte une fortune, d’ailleurs il n’a vu sa fille que deux fois depuis son incarcération.

Cette situation est injuste et nous exigeons le transfert immédiat de Paul André Contadini vers la maison d’arrêt de Borgu, ainsi que celui des 10 autres prisonniers politiques encore incarcérés en France, au mépris de toutes les lois en vigueur, de toutes les directives européennes, et de toutes les promesses ministérielles et présidentielles.

SULIDARITÀ

(…)

CorsicaInfurmazione.org by @Lazezu 

Revue de Presse et suite de l’article  : 

Corse Matin France 3 Corse Alta Frequenza

Corsica Infurmazione: l’information de la Corse, des Réseaux sociaux et des Blogs politiques [Plateforme Unità Naziunale]