Produit CORSU E RIBELLU

X

Les campagnes électorales sont toujours une épreuve pour les nerfs des candidats: plus l’échéance approche plus les plus aguerris se surprennent à douter, quand ils ne  disjonctent pas carrément, sous la pression.

Cela étant observé j’avoue que j’ai été littéralement sidéré par les propos tenus par Francis RIOLACCI et Jean ZUCCARELLI.

Ce n’est pas tant la brutalité et, disons le franchement, l’inconvenance des propos qui m’a choqué, mais le décalage extraordinaire qu’ils traduisent entre ces deux élus, dont l’un pour le moins chevronné, et la société insulaire et partant bastiaise.

Passons sur la leçon d’histoire que RIOLACCI a voulu administrer à ses concitoyens en faisant allusion à l’épisode irrédentiste des années trente. Outre que le mot lui même a dû plonger dans la stupeur  nombre de bastiais, surtout parmi les plus jeunes, ils ont pour les gens de ma génération une saveur particulière dans la mesure où leur auteur a approuvé sans ciller, et jusqu’au bout, les crimes de Joseph STALINE et de ses successeurs !

Restons donc sur les griefs, particulièrement graves, reprochés à Edmond et Gilles SIMEONI accusés de vouloir instaurer le “simonisme” à la mairie de Bastia, puis dans toute la Corse.

Si beaucoup de nos compatriotes n’ont pas la moindre idée de ce qu’à pu représenter l’irrédentisme, tout le monde connait par contre le parcours de Gilles et Edmond. Pourquoi dès lors, si ce parcours est tellement sulfureux , et à ce point dangereux pour notre Île, ces deux hommes sont ils aujourd’hui les personnalités politiques les plus populaires en Corse ?

S’il fallait une preuve du profond décalage entre les  candidats du PRG et du PC et les électrices et les électeurs auxquels ils s’adressent, et au delà de l’ensemble de l’Île, elle est là, terrible, consternante,  et pour eux extrêmement préoccupante.

Mon ami Arnaud MONTEBOURG, élu d’un petit canton rural de Saône et Loire dit souvent, en parlant des sondages :”c’est seulement après la foire que l’on compte les bouses”. C’est donc le 23 mars prochain, et ensuite le 30 mars que l’on saura si, pour l’attelage de la municipalité la messe est vraiment dite.

Ce qui est sûr, par contre, c’est que ce n’est pas en sortant de derrière les fagots des d’invectives, absolument indignes d’élus qui se drapent à tout propos dans les trois couleurs de la République, qu’ils redressera une barre qu’ils se sont acharnés depuis l’origine à briser menu, en mettant aveuglement en pièces l’union de la gauche sur laquelle ils ont bâti leur carrière.

Blog Vincent Carlotti

Article publié le 4 mars, à lire ci dessous :

(…)

CorsicaInfurmazione.org by @Lazezu 

Revue de Presse et suite de l’article  : 

VINCENT CARLOTTI

Corsica Infurmazione: l’information de la Corse, des Réseaux sociaux et des Blogs politiques [Plateforme Unità Naziunale]