Produit CORSU E RIBELLU

X

Ce soir sous le chapiteau des Scontri Internaziunali organisé à Corti, les militants de Ghjuventù Indipendentista tiennent un meeting et voici les discours qui ont été lu sur scène :

Bona sera à tutte è à tutti.

Simu assai felici di vede tante ghjente, liceani, studienti, travagliadori, è ancu vechji militanti, à i nostri Scontri Internaziunali di a Giuventù.

Per a decesima edizione di st’evenimentu chì hè diventatu una manifestazione storica di a vita pulitica è studientina, pudemu dì chì simu infine ghjunti à una girata. A presa di cuscenza di a giuventù, à traversu l’azzione di a GI, s’hè fatta pianu pianu sti pochi mesi, sin’à ghjunghje à un veru marosu di sperenza chì hà trapassatu e fruntiere d’età, è ancu e fruntiere ideologiche.

Un vi ne site forse ancu arvisti, ma ghjunghjemu à un mumentu impurtante di a nostra storia. Un mumentu cum’è quelli di l’annate settanta, chì serà scrittu in i libri di scola di i nostri zitelli. Ma avà, tocc’à noi à scrive issa storia. Tocc’à voi tutti. E ùn si scriverà senza una mossa generale. Si scriverà s’è tù, o giuventù, pigli cuscenza di u to destinu, di u to rollu. Un rollu capitale in a lotta.

Une phrase célèbre d’Henri Estienne dit « Si jeunesse savait, si vieillesse pouvait ». Aujourd’hui nous avons la chance d’être une jeunesse qui sait. Qui sait de quoi elle parle. Qui sait ce qu’elle veut, et où elle va. Une jeunesse qui sait qu’elle peut réaliser enfin les choses que ses aînés ont entreprises avec plus ou moins de succès.

40 ans après Aleria, 10 000 attentats et malheureusement, plusieurs dizaines de morts plus tard, le sentiment nationaliste, ultra marginal il y a peu encore, a fait du chemin au sein du peuple corse. 35% voilà ce que nos idées, au sens large, représentaient à la dernière élection territoriale. On le dit, on le répète, à quelques centaines de voix près, les nationalistes étaient la première force politique de Corse. Nul doute qu’ils l’auraient été si le corps électoral n’avait pas été faussé par les milliers de français vivant sur l’île. Le tableau est joli.

On pourrait presque croire qu’on a gagné. Et bien non. Nous avons, pour le moment, perdu sur toute la ligne. Oui, les panneaux en corse se multiplient, on signe des chartes dans les entreprises ! Mais la langue corse est devenue marginale, et quelques centaines de jeunes tout au plus savent la parler correctement alors qu’elle était la langue maternelle de leurs parents ou grands-parents. Acheter au village, construire sa maison, était encore possible il y a 20 ans ! Ca ne l’est plus aujourd’hui. Concernant la colonisation de peuplement, en cette période de municipales, il vous suffit de jeter un œil sur les listes électorales de vos communes pour comprendre que nous sommes déjà minoritaires sur notre terre. Enfin, je vous mets au défi de trouver un emploi qualifié (ou non) dans une administration, en concurrence avec un français aux compétences équivalentes. C’est peine perdue, un corse vaut moins qu’un français. Voilà où nous en sommes. Plus de langue, pas d’emploi, plus de logement. Condamnés à vivre à la française, dans des lotissements sans âme, bradant nos terres et nos villages à des soi-disant compatriotes continentaux, in francese di sicuru. Voilà où nous en sommes après 40 ans de lutte ! Ils sont beaux nos 35%.

Alors on nous dit qu’on est « en discussion » avec l’Etat. Mais le simple « dialogue » ne suffira jamais! La France est un pays qui ne cède JAMAIS tant qu’on ne lui oppose pas une forte résistance. Les kanaks, les algériens, et plus récemment les bretons, l’ont très bien compris : la France a peur des remous, elle a peur de l’agitation. Elle ne cède que par le rapport de force. Et nous, nous nous enfermerions dans des discussions courtoises à huis-clos, avec les rois de l’entourloupe parisienne, qui nous mènent en bateau depuis quarante ans ? Sans soutien populaire massif, visible et puissant, nos élus n’obtiendront RIEN ! C’est aussi par la rue que l’on obtiendra les mesures indispensables pour ce pays. Ces avancées seront pour le peuple, et c’est le peuple lui-même qui doit les réclamer, sans tout attendre des élus !

Alors, on nous demande de plus en plus, de revoir nos revendications, d’être raisonnables, d’être… modérés. Mais la spéculation elle, elle est modérée ? Le chômage, il est modéré ? L’augmentation des prix du foncier, elle est modérée ? Le nombre de français qui arrive chaque année, est ce qu’il est modéré ? La répression, elle est modérée ? Les années de prison qu’ont pris nos frères pour défendre ce pays, est ce qu’elles sont modérées ?

Alors pourquoi voudrait-on que l’on soit modérés ?

Les coups que nous recevons au quotidien, l’insupportable climat qui règne, ne font que renforcer nos convictions. Mais au final, nous n’aspirons à rien d’autre qu’à la normalité, qu’à être un peuple comme les autres.

Allora, avà, tocc’à noi tutti. Tocc’à tè o giuventù, di scambià a sorte di a to Corsica, chì st’isula hè toia è ne sì u so figliolu. Andendu à vutà di sicuru, ma micca solu cusì. Fala in carrughju, và à e reunione, informati, sceglie d’ùn esse più vittima ma attore di a to vita. Simu digià parechje centinaie à avè pigliatu a girata di a lotta. Una lotta di u vintunesimu seculu ! Una lotta adattata à ogni livellu d’indiatura. Certi anu sceltu di luttà nant’à internet, d’altri cantendu, d’altri scrivendu. Ma l’impurtante hè di luttà, d’ùn avè più vergogna di e to idee, d’ùn esse più incatenatu da u pesu familiale chì t’ublicarà à vutà cum’è i to vechji, d’ùn esse più straziatu da u pesu suciale chì face ch’ « ùn ci vole micca à fassi rimarcà ». Hè ora di fassi rimarcà, più chè mai. Hè ora d’ùn esse più vergugnosu ma fieru è orgugliosu !

Allora, lotta giuventù. Lotta chì l’avvene sì tù !

A to cuscenza, a nostra cuscenza à tutti, hè resistenza!

Evviva a lotta d’indipendenza ! Evviva a Corsica Nazione !

(…)

CorsicaInfurmazione.org by @Lazezu 

Revue de Presse et suite de l’article  : 

sur Corse Matin, sur Alta Frequenza, sur RCFM, Sur Corsica, Sur le Journal de la Corse, Sur Alcudina, sur Corsica Infurmazione/Unità Naziunale, sur France 3 Corse, Sur Corse Net Info (CNI)

Corsica Infurmazione: l’information de la Corse, des Réseaux sociaux et des Blogs politiques [Plateforme Unità Naziunale]