Produit CORSU E RIBELLU

X

(Unità Naziunale, publié le 11 mai 2018 à 15h01) VilaWeb, le plus important journal digital de Catalogne, a lancé une campagne pour les prisonniers et les exilés, appelée « Lettres pour la Liberté ». Plusieurs personnalités, écrivains, politiques, intellectuels, syndicalistes, journalistes, ont été invités à écrire une lettre à un prisonnier ou à un exilé.

C’est dans ce cadre que le 5 mai dernier,  Le Président de l’Assemblée de Corse et militant de Corsica Libera, Jean-Guy Talamoni, a été sollicité pour écrire à Carles Puigdemont, Président en exil de la Catalogne.


Voici sa lettre :

Monsieur le Président,

Je vous adresse ces quelques lignes de Corse, un petit pays de notre Méditerranée commune, dont le peuple et les institutions suivent avec attention les événements qui secouent la Catalogne depuis plusieurs mois.

En ce qui me concerne, j’entretiens depuis des décennies avec nombre de vos compatriotes non seulement des contacts politiques  mais également des relations amicales.

Ces dernières années, j’étais présent lors des différentes consultations organisées sur la question de l’indépendance de la Catalogne.

Dans notre pays également, une volonté de liberté s’est manifestée démocratiquement à travers le suffrage universel. En décembre 2015, par un vote depuis confirmé et amplifié  à deux reprises, les Corses ont confié les clés des institutions insulaires au mouvement patriotique, à savoir la famille politique qui n’a jamais considéré la Corse comme une entité administrative française mais bien comme une nation.

Pour l’heure, la situation est bloquée par Paris qui se livre à un évident déni de démocratie.

Le 1er octobre 2017, j’étais à Barcelone lorsque vos compatriotes se sont prononcés pour la création de la République Catalane. Quelques jours plus tôt, l’Assemblée de Corse que je préside avait émis une vote solennel soutenant votre processus de référendum.

C’est avec consternation que nous avons observé la réaction brutale et anti-démocratique de Madrid ainsi que la sereine détermination d’un peuple en marche vers son destin.

Depuis, la Catalogne compte – comme la Corse du reste – des prisonniers politiques ainsi que des recherchés, dont vous faites partie Monsieur le Président. Notre solidarité politique et fraternelle vous est naturellement acquise, ainsi qu’à tous les vôtres qui connaissent la prison ou l’exil.

Mais je voulais aussi vous dire que la confiance inébranlable qui est la mienne en un avenir de liberté, de paix et de construction, pour la Catalogne comme pour la Corse. Notre force est immense car ce sont nos peuples qui nous la donnent, chaque jour, par leur soutien.

Devant les persécutions dont vous étiez l’objet, vous aviez choisi de vous réfugier à Bruxelles, coeur de l’Europe politique. Ce faisant, vous manifestiez aussi cette espérance que nous avons en commun : réaliser sur notre continent une alliance des peuples et des vraies nations. Si les Etats constituant l’Union Européenne vous ont largement tourné le dos et ont fermé les yeux devant l’injustice qui vous était faite, nous savons aussi que cette Europe-là a trouvé ses limites et qu’elle est aujourd’hui devant un constat d’échec. Quant à nous, peuples en marche vers leur liberté, nous en incarnons l’avenir, un avenir différent. Les volontés politiques qui se font jour en Catalogne, Corse, au Pays Basque ou en Ecosse ne constituent pas un problème menaçant les intérêts communautaires, mais bien au contraire une ébauche de solution. Aussi, notre solidarité n’est pas seulement indispensable pour nos peuples respectifs, elle est le ciment de l’Europe de demain. Une Europe politique, forte et fraternelle, en mesure de faire face aux enjeux de ce XXIe siècle.

Il me reste donc à vous souhaiter, Monsieur le Président, de garder inaltéré ce courage dont vous avez su faire preuve jusqu’ici, mais je n’ai aucun doute à cet égard. Comme l’écrit Malraux dans L’espoir, un roman qui n’est sans lien avec notre propos : « Le courage aussi est une patrie ». En ce sens, Catalans et Corse, héritiers de Francesc Macià, et de Pasquale Paoli, sont une certaine façon compatriotes.

Dans l’attente de la victoire inéluctable de votre peuple qui sera aussi celle de la justice, je vous prie de croire, Monsieur le Président, à l’assurance de l’amitié indéfectible du peuple Corse pour le peuple Catalan.

Jean-Guy Talamoni
Président de l’Assemblée de Corse


Senyor President:

Us adreço aquestes línies des de Còrsega, un petit país del nostre Mediterrani comú, on el poble i les institucions segueixen de prop els esdeveniments que han sacsejat Catalunya aquests darrers mesos.

Pel que fa a mi, no he tingut contactes polítics i prou, sinó també relacions amistoses amb molts dels vostres compatriotes durant dècades. Els últims anys he estat present en les diverses consultes que s’han fet sobre la independència de Catalunya.

També al nostre país el desig de llibertat s’ha expressat democràticament per mitjà del sufragi universal. El desembre del 2015, en una votació confirmada i ampliada dues vegades ja, els corsos van confiar les claus de les institucions insulars al moviment patriòtic, és a dir, a la família política que mai ha considerat Còrsega com una entitat francesa, sinó com una nació. De moment, la situació està blocada per París, que nega clarament la democràcia.

L’1 d’octubre de 2017, jo era a Barcelona quan els vostres compatriotes van votar a favor de la creació de la República Catalana. Uns dies abans, l’Assemblea de Còrsega –la qual presideixo– havia emès un vot formal en suport del vostre procés de referèndum.

Vam observar amb consternació la reacció brutal i antidemocràtica de Madrid, així com la serena determinació d’un poble en marxa cap a la seva destinació.

Des de llavors, a Catalunya hi ha –com a Còrsega, per cert– presos polítics i persones amb ordres de recerca, inclòs vós, senyor President. La nostra solidaritat política i fraterna és naturalment amb vosaltres i amb tots aquells que coneixen la presó o l’exili.

Però també volia explicar la meva confiança indestructible en un futur de llibertat, de pau i de construcció, tant per a Catalunya com per a Còrsega. La nostra força és immensa perquè són els nostres pobles que ens la donen, cada dia, amb el seu suport.

Arran de la persecució a què heu estat sotmès, heu optat per refugiar-vos a Brussel·les, el cor de l’Europa política. Fent-ho, heu manifestat també aquesta esperança que tenim en comú: fer realitat en el nostre continent una aliança de pobles i veritables nacions. Si els estats que constitueixen la Unió Europea us han girat l’esquena en gran mesura i han tancat els ulls davant la injustícia que es comet, també sabem que aquesta Europa ha trobat els seus límits i avui s’enfronta a una admissió del seu fracàs. Pel que fa a nosaltres, pobles en camí cap a la llibertat, som els qui encarnem el futur, un futur diferent. La voluntat política que va sorgint a Catalunya, Còrsega, el País Basc i Escòcia no és un problema que amenaci els interessos comunitaris, sinó, per contra, un projecte de solució. Per tant, la nostra solidaritat no és únicament indispensable per als nostres respectius pobles, sinó que és el ciment de l’Europa de demà. Una Europa política forta i fraterna, capaç de fer front als desafiaments del segle XXI.

Senyor President: em resta desitjar-vos que serveu el coratge que heu demostrat fins ara, però no en tinc cap dubte. Com escriu Malraux a L’espoir, una novel·la que no és aliena al nostre propòsit: ‘El coratge és també una pàtria.’ En aquest sentit, els catalans i els corsos, hereus de Francesc Macià i Pasquale Paoli, són en certa manera compatriotes.

Mentre esperem la inevitable victòria del vostre poble, que serà també la de la justícia, us demano que cregueu, senyor President, en la seguretat de la indefectible amistat del poble cors amb el poble català.

Jean-Guy Talamoni, president de l’Assemblea de Còrsega