Produit CORSU E RIBELLU

X

« Nous ne sommes pas en train de vivre une élection habituelle. Songez donc : quatre listes sont en présence. Il y a donc 23 fois 4, soit 92 personnes qui se présenteront devant vous ces 23 et 30 mars prochains. De plus il y aura 10 conseillers communautaires pour nous représenter à la communauté de communes, parmi les 23 personnes qui seront élues.

Vous voyez donc qu’il y a deux scrutins qui ont lieu. Le premier, qui est le scrutin municipal occupe les esprits et assure le contenu des journaux. Le second est occulté, caché, peu de monde s’y intéresse et pourtant il est tout aussi important et je pense même qu’il est encore plus important.

Mais j’y reviendrai.

Si nous ne connaissions pas les conditions particulières qui règnent à Sartène on pourrait croire à une belle promotion de la démocratie avec ces quatre listes.

Mais en réalité, vous le savez toutes et tous, notre cité est empêtrée dans de profondes difficultés.

Avec mes amis nous nous sommes engagés lors de la précédente mandature, sur la base d’un programme d’action.

Mais très vite nous nous sommes aperçus que les décisions étaient prises en petit comité et que le conseil municipal ne servait qu’à avaliser les choix du Maire.

Vous nous connaissez. Face à une telle attitude, nous avons fait valoir nos arguments, nous avons tenté de ramener le Maire sortant à la raison. Mais rien n’y a fait. Il s’est entêté dans l’exercice d’un pouvoir solitaire au point que pour éviter tout débat, il a fixé les conseils municipaux le lundi matin à 8 heures 30, puis comme il y avait encore trop de monde, il l’a fait à 8 heures.

Et la commune de Sartène est entrée dans le ridicule.

Dans toutes les communes de France, dans toutes les communes de notre île, les conseils municipaux ont lieu le vendredi soir à 18 heures ou le samedi matin afin que les conseillers municipaux qui travaillent, puissent y assister.

A Sartène, le Maire sortant a instauré un statut particulier : des réunions le lundi matin sans quorum, qui aboutissaient à reporter la réunion au jeudi suivant, à la même heure : 8 heures.

Et le résultat est celui que vous connaissez : plus de débat, un monologue du Maire qui expose son projet et un vote par des conseillers missionnés. »

(…)

Article du 22 février 2014 à lire ci dessous

by @Lazezu 

Revue de Presse et suite de l’article  : 

ANTOINE MONDOLONI

Corsica Infurmazione: l’information de la Corse, des Réseaux sociaux et des Blogs politiques [Plateforme Unità Naziunale]