Produit CORSU E RIBELLU

X

Lors des élections municipales, il est des villages où, au travers de listes «  d’intérêt communal  », s’affrontent des personnalités de droite, de gauche et des nationalistes. Des villages, aussi, où la droite, la gauche et les nationalistes font liste commune.

Souvent, les étiquettes politiques comptent moins que la personnalité de ceux qui se présentent et il ne s’agit souvent que de querelles d’égos plus ou moins tendues. Et puis, cette année, il existe une exception dans le paysage politique insulaire : Carbuccia, village de montagne de quelque 300 habitants caché dans la Haute-Gravona sur un versant boisé de la chaine du Rinosu. Un village où, après deux mandatures de cohabitation entre la droite, la gauche et les nationalistes, cette année, trois listes dirigées par des nationalistes vont s’affronter en mars prochain. Somme toute, une histoire de famille puisque les trois candidats, Pierre-François Bellini, 57 ans, Pierre Poggioli, 64 ans et Paul-Antoine Susini, 41 ans, ont milité ensemble au sein de l’ANC, fondée en 1989 par Pierre Poggioli, avant d’être dissoute à la fin des années 2000. Entretemps, Pierre-François Bellini avait rejoint la «  Chjama  » de Jean Biancucci et Paul-Antoine Susini avait participé, avec Paul-Felix Benedetti, à la création du «  Rinnovu  » en 1998. Quant à Pierrot Poggioli, figure historique du mouvement nationaliste depuis la fin des années 70 et dirigeant du FLNC pendant de longues années, il a finalement participé à la création de Corsica Libera en 2009, et faisait partie de la direction de ce mouvement jusqu’en 2012.

Il y avait à nouveau croisé Paul-Antoine Susini, dont le «  Rinnovu  » avait fait  alliance avec «  Corsica Libera  » avant les dernière territoriales. Tout cela avant de se séparer, en 2012, après diverses péripéties. Quant à Pierre Poggioli et Pierre-François Bellini, ils se connaissent bien, puisqu’ils sont cousins. C’est dire si tous les acteurs de ce petit monde «  ont des choses à partager  ». C’est d’ailleurs ce qu’ils ont fait de 2008 à 2014, et qu’ils font toujours, puisque Pierre-François Bellini, Paul-Antoine Susini et les amis de Pierre Poggioli siègent encore dans le conseil municipal de Carbuccia. C’est le maire actuel, Paul Guidicelli, que l’on situe plutôt à droite (il dirige Carbuccia depuis 1983), qui a décidé, en 2001, d’ouvrir sa liste aux «  opposants  » nationalistes qui se présentaient contre lui depuis 1983. Pierre- François Belliniet les amis de Pierre Poggioli ont été intégrés au conseil municipal alors que Paul-Antoine Susini a maintenu sa candidature. Avant, finalement, d’être intégré, lui aussi, au conseil municipal en 2008. Une initiative prise en accord avec le premier adjoint de Paul Guidicelli, Angeot Sciarli, un vieux militant du Parti communiste désormais estampillé «  Front de gauche  »,  qui l’ accompagne depuis 1983. Et qui, ces dernières années, «   a fait tourner la boutique  » en raison de l’état de santé précaire du maire .

(…)

CorsicaInfurmazione.org by @Lazezu 

Revue de Presse et suite de l’article  : 

Mensuel Corsica

Corsica Infurmazione: l’information de la Corse, des Réseaux sociaux et des Blogs politiques [Plateforme Unità Naziunale]