X

O SGIÒ Presidente, O sgiò cunsiglieru esecuttivu,

A lingua hè un puntellu maiò di u nostru esse cullettivu. A sò difesa è a so prumuzione sò in core di u nostru impegnu puliticu, è dinù di u nostru prugettu di sucetà.

Hè dunque, incù un’attenzione particulare ch’emu studiatu di manera apprufundita u ducumentu ch’è ci prupunite oghje.

In u primu tempu, vi vuleriamu fà sapè chì simu felice di vede infine sposte e vostre orientazione di pettu à a lingua corsa. Hè impurtantissimu di cunnosce e vostre intenzione in stu duminiu, è a vi l’aviamu dumandà parechje volte, chì per noi u cartulare di a lingua deve esse una priurità. E raggione di sta primura ch’è nò li demu è cunniscite forse quant’è noi. Ma a sapete chì a nostra vuluntà di salvà a nostra lingua, di prumovella, di sparghjella ùn custituisce solu un elemente puliticu di ricunniscenza ma custituisce dinù u solcu maiò di a sucetà ch’è nò vulimu custruisce per dumane. Una sucetà ch’è nò vuleme bislingua è ind’a quale a lingua corsa serà vissuta cun un fattore di prumuzione individuale, di prumuzione cullettiva è di leia suciale è un vettore d’integrazione di tutti quelli chì volenu campà in u nostru paese.

Parlendu di sucetà bislingua è bè st’intervenzione a ci feremu di modu bislinguu.

In u primu tempu salutemu i punti pusitivi ch ‘è vò sviluppate ind’è stu fogliu di strada : a strutturazione di u serviziu di a lingua, una ripartizione chjara di e missione chì serà ancu di più valutevule, una vuluntà di pianificazione linguistica, a vuluntà d’ottene un veru statutu per a lingua, l’osservazione, l’azzione di pettu à a furmazione, l’educazione è a sucetà.

Il était important de doter le service LCC de véritables moyens d’actions, il est aussi très important d’avoir une planification linguistique et nous pensons que les bases que vous avez jetées permettront d’aller plus loin en terme de diffusion et de promotion de la langue.

Au niveau du statut d’officialité de la langue : je crois que ce sera sans surprise si nous vous déclarons notre détermination totale à obtenir ce statut, pour lequel, avec d’autres, nous nous battons depuis des décennies. Que de chemin parcouru depuis 40 ans ! Un chemin parcouru par toutes celles et ceux qui se sont battus pour cette langue qui était condamnée à mort par une politique délibérée d’éradication. Nous voulons donc rendre hommage à toutes celles et ceux, connus ou inconnus, militants politiques, culturels, associatifs, enseignants, poètes, universitaires, étudiants, simples citoyens, qui ont permis qu’aujourd’hui la langue corse puisse continuer d’enrichir le patrimoine de l’humanité.

 

Les expériences menées dans d’autres pays ou régions, comme les travaux scientifiques et universitaires, le démontrent : seule l’officialisation de la langue permettra une réelle démocratisation de celle- ci et son accès pour tous. M Castellani nous a fait la démonstration lors de la précédente session de ce que la corse allait probablement accueillir, dans les dix prochaines années, 80000 personnes. Nous devons impérativement nous donner les moyens de les intégrer. La politique linguistique est un outil majeur de cette intégration.

A stu titulu ùn pò esse manc’appena cunsideratu cum’è un fattore di discriminazione. A discriminazione sarebbe d’ùn dà à tutti l’accessu a sta lingua. Ghjè cù stu mezu giuridicu chì ghjunghjeremu à mette in ballu una pulitica linguistica pianifiata chì ci vulerà à strappà i mezi per fà di sta pulitica una riescità maiò.

A quistione serà dunque di sapè s’è n’avemu un accunsentu maiò per ottene stu statutu, di s’ò chì si metterà in ballu à u livellu di a Cullettività per ottenullu da u Statu.

S’è vò a permettite feremu quantunque qualche rimarche di modu custruttivu.

Nous sommes aujourd’hui destinataires d’un compte rendu de la commission d’évaluation des politiques de la CTC concernant le Plan de développement de la langue corse. Et nous souhaitons savoir quels éléments d’évaluation avez – vous retenus pour élaborer votre feuille de route ? si nous posons cette question c’est qu’il est important d’avoir un état des lieux détaillé pour pouvoir tirer profit de ce qu’il a été possible de réaliser ou non et de remédier après un diagnostic précis de la situation.

Una riflezione dopu avè lettu stu ducumentu è ch’ellu ci pare ch’ellu ci sia un desequilibriu trà a parte cunsacrata à a furmazione è l’Educazione è a piazza di a lingua ind ‘a sucetà. Ci tuccherà à fà pruposte più significative in stu duminiu.

Pour l’instant l’affichage reste plus que modeste en ce qui concerne les formations pour adultes. Il faudra plus lisible rendre pour les salariés les possibilités de formation et prendre des mesures incitatives dans tous les secteurs de l’économie. Est – ce les salariés qui devront faire l’effort d’aller ver la formation ou le contraire ? cela va poser également la question de la formation des formateurs en amont. Sur quel dispositif allons agir ?

Il faudra également que les salariés puissent trouver une traduction effective de leur engagement de formation linguistique dans le monde du travail.

In ciò chì cuncerna a furmazione di l’insignanti: a sapemu ch’ella hè u puntu neru di u cartulare perchè u statu un rispetta micca I so indiamenti. Quand’è nò parlemu di pianu ecceziunale di finanzamentu di sta pulitica linguistica è chì nò cunniscimu è ch’è nò campemu ogni ghjornu, per un dettu, i pochi mezi ch’ellu ci cuncede l’educazione naziunale.

Il faudra travailler en amont sur la formation initiale et sur le mode de recrutement des personnels. De façon concomitante, des efforts importants devront être faits dans le domaine de la formation continue que ce soit pour former des corsophones ou pour améliorer les pratiques pédagogiques des enseignants bilingues. L’obtention de normes spécifiques pour l’Académie de Corse nous apparaît plus qu’indispensable, voir incontournable si nous voulons assurer la réussite des objectifs fixés dans l’éducation. Cela pose bien évidemment la question de notre partenariat avec l’Etat, via le Rectorat et les difficultés de concertation sont nombreuses.

Ci parlate dinù di sviluppà piste nove di pettu à l’insignamentu è ci prupunite d’assestà sperienze nnatu à l’immersione linguistica è u sperimentu di u sistema «  un maestru, una lingua ».

Senza vulè fà quì una pulemica ch’ùn hà forse in stu quadru precisu nisuna ragione d’esse, vulemu purtà à a vostra intenbzione qualche rimarche nantu à sta pruposta.

Vous nous parlez du développement de ce système un maître, une langue qui existe dans plusieurs pays, nous ne sommes pas fondamentalement contre mais nous vous rappelons que le maître bilingue qui assure l’enseignement dans les deux langues reste quand même le système le mieux adapté pour instaurer en terme de qualité l’enseignement et l’éducation bilingue. Car il s’agit bien d’éducation bilingue dont nous parlons. Ce qui est intéressant dans cette conception de l’éducation c’est les passerelles, les comparaisons que l’on peut faire dans les deux langues. L’analyse contrastive en grammaire, les transfères de compétences d’une langue à l’autre. Pour Anna Lietti la langue n’est pas vécue comme une matière mais comme la matière de toutes les matières.

Le système d’un maitre une langue repose sur le vieux principe de Rongeat 1911 et se basait sur une utilisation familiale des deux langues. Il peut être gênant dans la répartition des matières car on ne peut pas tout du moins dans le premier degré partager les disciplines. Un des défauts de ce système c’est qu’il risque de plaquer à la langue à une discipline et empêcher de se produire ce que l’on appelle le phénomène de décentration qui constitue un des bienfaits cognitifs du bilinguisme. Avec le risque comme le souligne très justement Jean Duverger responsable de l’enseignement du français dans le monde entier, de voir deux systèmes monolingues cohabiter l’un à côté de l’autre.

Ùn si tratta micca quì di fà un corsu teoricu nantu à l’educazione bislingua ma vi dumandemu di cunsiderà chì u sisteme un maestru dui e lingue ferma u modu d’amaprera di l’Academia è chì l’altru sistema pò esse cunsideratu cum’è un passaghju transitoriu verdi à generalizazione di l’insignamentu bislinguu.

Alora per compie perchè pudemu parlà mentre ore sane è in conclusione aspittemu di sapè a vostra metudulugia per cuncretizà e vostre intenzione è orientazione. Cum’è avete da almanaccà e vostre azione ? in termine di valutazione chì indicatori di riescità avete da ritene ? chì mezi finanziari per sta pulitica ?

Chì vulintà pulitica dinù è forse sopratuttu per ottene u quadru giuridicu necessariu à a messa in ballu di sta pulitca

Spiremu di core chi a ghjurnata d’oghje sarà un primu passu ver di una sucietà bislingua, chì, cum’ellu a dicia Amin Maalouf, u scrivanu è filosofu libanese : « Le bilinguisme, c’est l’école de la tolérance et c’est une voie de survie ».

Faites passer l’information autours de vous en cliquant sur :

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)