Produit CORSU E RIBELLU

X

Après un hommage général à Nelson Mandela, la dernière session 2013 du Conseil municipal de Bastia a buté sur le débat d’orientation budgétaire qui a donné lieu à une mise au point musclée entre majorité et opposition nationaliste. L’implantation de vidéosurveillance a déplacé la polémique vers le maire et sa dissidence. L’embauche de 15 agents recenseurs en pleine campagne électorale a suscité la suspicion d’Inseme per Bastia.

Conseil municipal de Bastia : Polémiques électorales

L’ambiance est faussement calme. L’affluence sur les bancs du public est, déjà, révélatrice de la tension électorale sous-jacente. La campagne surgit dés le 1er débat sur les orientations budgétaires avec un retour brutal sur les propos tenus par l’un des candidats, Jean Zuccarelli, lors de son premier meeting. Elle s’invite, ensuite, au menu de tous les sujets sensibles.

Tout débute plutôt tranquillement avec une présentation succincte des orientations budgétaires par le 1er adjoint délégué aux finances, Ange Rovere, se livrant, ainsi, pour l’avant-dernière fois de sa longue carrière politique à son exercice favori. Il le fera, une ultime fois, pour le vote du budget primitif, repoussé à la session de fin janvier.

Peu de marges de manœuvre

Dans la ligne de ses prédécesseurs, le budget 2014 ne présente guère de surprises. Il s’axe autour de deux points forts. « Le budget primitif n’augmente pas les taux d’imposition. C’est un choix politique que nous faisons depuis 25 ans. Il affiche une épargne nette positive », indique, d’emblée, Ange Rovere. Il explique que les charges financières seraient en baisse de 9% et que l’encours de la dette a diminué de 12 millions €,

(…)

CorsicaInfurmazione.org by @Lazezu 

Revue de Presse et suite de l’article  : 

Corse Net Infos

Corsica Infurmazione: l’information de la Corse, des Réseaux sociaux et des Blogs politiques [Plateforme Unità Naziunale]