Produit CORSU E RIBELLU

X

(Unità Naziunale – Publié le 4 mai à 14h58) Interview réalisé par VSD à découvrir sur ce lien


extraits :

A 57 ans, le nouveau président de l’Assem­blée de Corse semble penser qu’à son île, son avenir, à son éter­nelle beauté. Loin des clichés pour touristes ou pour films de gang­sters, cash.

 


VSD. Le statut spéci­fique de la Corse va être inscrit dans la Cons­ti­tu­tion, comme vous le deman­diez. Alors, heureux ? 

Jean-Guy Tala­moni. Cela ne nous convient abso­lu­ment pas. Ce qui est proposé par le gouver­ne­ment n’est pas le fruit d’une négo­cia­tion ni même d’une discus­sion ou d’un dialogue. C’est un acte unila­té­ral. Paris n’a pas tenu compte des contri­bu­tions de notre majo­rité terri­to­riale. Il y a un déca­lage total avec les aspi­ra­tions de la majo­rité de Corses qui se sont pronon­cés en décembre dernier, par le suffrage univer­sel, pour une auto­no­mie de plein droit et de plein exer­cice. Le dispo­si­tif proposé est très loin du pouvoir légis­la­tif demandé. Il est complexe et placé sous le contrôle du Parle­ment. Il ressemble beau­coup à ce qui a été fait jusqu’à aujourd’­hui et qui n’a pas fonc­tionné. Les problèmes de la langue, du foncier, de la fisca­lité du patri­moine ont été recon­nus par le gouver­ne­ment. Pour autant, cet article ne permet­tra pas de régler les problèmes concrets que les Corses rencontrent. Paris a méprisé ce que les Corses ont exprimé. C’est un très mauvais signal, un déni de démo­cra­tie. Je suis persuadé que les Corses n’ac­cep­te­ront pas cette situa­tion inique.

(…)

Peut-on aimer telle­ment les Corses que l’on souhaite les garder dans la Répu­blique ? 

Évidem­ment ! De toute façon, la ques­tion de l’in­dé­pen­dance ne se posera pas avant les dix prochaines années, car j’ai un accord avec les auto­no­mistes.

De plus, je ne suis pas certain que s’il y avait un réfé­ren­dum demain, l’in­dé­pen­dance l’em­por­te­rait. Ne serait-ce que pour des ques­tions écono­miques. Et puis, l’Eu­rope peut évoluer.

Allons-nous vers une Europe des peuples ? 
Oui, sans obli­ger à deve­nir indé­pen­dants ceux qui ne le veulent pas.

Lire la suite de l’inter­view dans le VSD n°2123 en kiosque le jeudi 3 mai 2018