Produit CORSU E RIBELLU

X

« Dans les colonnes de Corse-Matin (du 10 mai), Valérie Bozzi s’étonne du silence de La Ligue des droits de l’homme après l’assassinat de sa mère. Pour lever tout malentendu, nous voudrions dire qu’en date du 28 avril, nous avons transmis à la presse le texte ci-dessous, nous imposant, avant de réagir, un délai minimal qui en dehors de toute autre considération, signifiait une marque de respect et de retenue devant sa douleur et celle de sa famille : « Une femme a été assassinée. Après d’autres crimes commis récemment au milieu des passants, ou des pères assassinés devant leurs enfants, une nouvelle limite est franchie.

.

This content is restricted to site members.

Contenu réservé aux membres

Produit CORSU E RIBELLU