X

Dans la cadre des 12 interpellations sur Ajaccio, cinq hommes ont été transféré jeudi sur Paris afin d’être présenté à un Juge.

Cinq hommes ont été mis en examen ce vendredi soir à Paris dans l’enquête sur deux « nuits bleues » en Corse en mai et décembre 2012, attentats revendiqués par le FLNC contre des résidences secondaires dans l’île, a annoncé le parquet. Ces cinq hommes, âgés de 25 à 45 ans, comparaissaient en début de soirée hier devant un juge des libertés et de la détention pour décider d’un éventuel placement en détention qui a été requis par le parquet. Ils ont finalement été incarcéré.

Ils ont été mis en examen notamment pour association de malfaiteurs en vue de préparer des actes de terrorisme, destruction de biens immobiliers, fabrication, transport et détention d’explosifs en bande organisée, ainsi qu’acquisition, détention, port et transport d’armes. L’un d’eux était déjà connu pour infraction à la législation sur les armes.

[divider]

21 personnes interpellées en deux jours, 5 personnes au moins mises en examen à Bastia et  5 personnes d’Ajaccio transférées sur paris ce midi et mises en examen.

Cinq hommes ont été transférés à Paris. Ils pourraient être mis en examen par le juge antiterroriste, Gilbert Thiel pour des attentats commis en mai et décembre 2012 par le FLNC dans le Sartenais. 3 ont été libéré rapidement puis les autres ont été libérés au fur et à mesure  (deux femmes et un homme).

(Mercredi 27 novembre) Toujours des personnes en garde à vue sur Ajaccio, et un rassemblement a lieu de nouveau ce soir… Dans le cadre des interpellations sur Bastia, toutes les personnes ont été relâché au terme de 48h de garde à vue. Sur les 9 personnes interpellées sur Bastia, ce sont cinq personnes qui ont été mises en examen mais laissées libre sous contrôle Judiciaire et quatre autres jeunes gens devaient être présentés hier mardi  26 novembre à un magistrat.

[divider]

(Mardi 26 novembre) Une onzième personne puis une douzième ont été interpellée ce mardi 26 novembre dans le cadre de l’instruction conduite par le juge antiterroriste Gilbert Thiel qui s’est rendu sur place et travaille avec les enquêteurs. Trois avaient été relachée, mais certains pourraient être transférées à Paris.

Trois des dix personnes arrêtées dans le Sartenais relâchées. Les deux femmes et un des huit hommes interpellés lundi matin à Sartène, Propriano et Olmeto sur commission rogatoire du juge antiterroriste Gilbert Thiel ont été remises en liberté dans la journée. Rassemblements en ce moment à Ajaccio et Bastia

7 personnes toujours en garde à vue sur Ajaccio et 6 sur Bastia

Les personnes interpellées hier sont toujours en garde à vue, dont plusieurs militants du mouvement national (Corsica Libera et Ghjuventù Indipendentista). Selon les chiffres moins d’une vingtaine de personne ont été interpellée dans deux affaires distinctes, mais dont l’objectif reste commun : la repression politique contre le mouvement national.

Deux personnes déférées devant un juge et une libération

Après les neuf interpellations de ce lundi dans la grande région bastiaise, on apprenait ce matin que deux personnes (un mineur et un jeune majeur) avaient été déférées devant un juge juge tandis qu’une troisième personne, gérante d’un bar dans le centre-ville bastiais, a été libérée hier après-midi. Il reste encore six personnes en garde à vue, entendues pour des heurts contre les forces de l’ordre en mai dernier.

Valls notre ami

Affirmant qu’il « ne peut pas y avoir la moindre impunité » en Corse, le ministre de l’intérieur Manuel Valls a déclaré à La Roche-sur-Yon (Vendée) que « ceux qui ont commis des forfaits, des attentats, bien sûr des assassinats, doivent savoir que l’Etat ira jusqu’au bout (…) aux fondements mêmes, aux sources de la criminalité, de la mafia ». Manuel Valls est revenu sur ces interpellations. Il a bien affirmé que 140 gendarmes avaient été impliqués dans celles-ci et réaffirmé que l’Etat compte encore et toujours s’attaquer « aux fondements mêmes, aux sources de la criminalité de la mafia » en Corse. On peut constater une nouvelle fois que Manuel Valls lie intimement « ceux qui considèrent que l’explosif doit être utilisé pour régler des problèmes économiques et ceux qui veulent s’accaparer de parcelles de territoire ». La criminalisation de la lutte politique nationaliste reste donc l’arme favorite du ministère de l’Intérieur, de celui-ci comme de tous les précédents.

[divider]

(Lundi 25 novembre) Une quinzaine de personnes ont été interpellées dans toute la Corse dans au moins deux affaires distinctes : Celle initiée lors de l’enquête sur la tentative d’attentat en avril 2012 contre la sous-préfecture de Corti, et des affaires incidentes qui ont suivies, où déjà plus d’une vingtaine de de personnes avaient été interpellées entre mai et octobre 2013. Deux jeunes, Nicolas Battini et Stefanu Tomasini avaient été interpellés et incarcérés dans cette affaire.

Dans la seconde, une dizaine de personne ont été interpellée dans la région du Valincu, dans le cadre d’une enquête sur les attentats du FLNC UC contre la grande distribution en 2012 et des résidences secondaires…

Au moins 16 interpellations dont 5 confirmées sur bastia

Deux opérations d’envergure se sont déroulées au petit matin, lundi 25 novembre, en Corse. Dès 6 heures du matin, dans la région de Sartène, en Corse-du-Sud, dix personnes dont au moins deux femmes ont été interpellées par la gendarmerie et placées en garde à vue dans le cadre d’une enquête pour des attentats à l’explosif commis en Corse en 2012. Des perquisitions étaient en cours dans la matinée, menées par la section de recherches d’Ajaccio. L’opération a mobilisé 140 gendarmes, dont une équipe du GIGN, avec l’appui du bureau de lutte antiterroriste de la gendarmerie. Les premières investigations pourraient, elles, être liées à plusieurs séries de plasticages également survenues l’an passé. Elles visaient des résidences secondaires, symboles de« dépossession » de la terre corse et de « dérive spéculative », selon le Front de libération nationale corse (FLNC). Des attaques à l’explosif contre des enseignes de la grande distribution, accusée de s’enrichir sur le dos de la population insulaire par des prix abusifs, avaient également été perpétrées en Corse.

Plus tard dans la matinée, six personnes ont été à leur tour interpellées à Bastia, en Haute-Corse, dans le cadre d’une enquête initiée lord d’un attentat contre la sous-préfecture de Corte, en 2012. Des rassemblements et des incidents avaient suivis les diverses interpellations. Les personnes interpellées appartiendraient ou seraient proches de l’organisation Ghjuventù Indipendentista. Au moins deux militants et trois sympathisants du mouvement de jeune ont été interpellés en Haute Corse (Bastia, Pietranera, Ghisoni et Capi Corsu)

Rassemblements à Bastia -incidents- et à Ajaccio  lundi soir

Sulidarità a appellé au rassemblement ce soir à 19 heures devant la base militaire d’Asprettu à Aiacciu et devant le commissariat de Bastia pour soutenir les militants en garde-à-vue. Ghjuventù Indipendentista appelait lui aussi à se rassembler sur Ajaccio et Bastia. U Rinnovu quant à lui annonçait sur son compte facebook de se rassembler sur Bastia.

Sur Bastia, un peu plus de 200 personnes se sont réunies en soutien à tous les interpellées devant le commissariat, avec quelques incidents mineurs, tandis qu’à Ajaccio une centaine de personne s’était mobilisé devant la caserne militaire d’Asprettu.

Ghjuvan Filippu Antolini, porte-parole de l’association a regretté que « malgré la vingtaine d’assassinats perpétrés par an en Corse, le poids du milieu et du système mafieux de plus en plus présent et des Corses qui manifestent leur ras-le-bol, l’État s’attaque toujours aux seuls nationalistes ». Et d’ajouter : « C’est en totale contradiction avec la politique actuelle de la Corse car ce sont les idées nationalistes que les élus défendent à Paris. »

UNIVERSITA MORTA ce lundi midi

L’Università di Corsica est actuellement bloquée par les étudiants solidaires des interpellés.

Réactions du lundi ravioli

[box type= »shadow » align= »aligncenter » ]

Réaction de l’Associu Sulidarità

Voici revenu le temps des rafles… Ce matin, au moins 17 personnes ont été interpellées à Bastia, Luri, et dans le Valincu. L’Etat français continue sa politique du tout répressif à l’encontre exclusivement du mouvement national, ne tenant pas compte de la situation politique actuelle. Sulidarità appelle au rassemblement ce soir à 19 heures devant la base militaire d’Asprettu à Aiacciu et devant le commissariat de Bastia pour soutenir les militants en garde-à-vue.

Réaction de Ghjuventù Indipendentista

10 interpellations ce matin en Corse-Du-Sud et 3 dans la région bastiaise dans les milieux nationalistes dans le cadre de différentes affaires (attentats, manifestations, incidents). Un militant GI fait partie des interpellés. La répression continue. Mobilisation générale à prévoir, vous aurez plus d’informations dans la journée.

RASSEMBLEMENT DE SOUTIEN CE SOIR À BASTIA DEVANT LE COMMISSARIAT A 18H POUR LES 8 PERSONNES AYANT ÉTÉ INTERPELLÉES CE MATIN POUR LEUR PARTICIPATION A UNE MOBILISATION DE SOUTIEN AUX PRISONNIERS EN MAI 2013. RASSEMBLEMENT DE SOUTIEN À ASPRETTU DEVANT LA CASERNE A 18H POUR LES 10 INTERPELLES MIS EN CAUSE DANS LE CADRE D’UNE SÉRIE D’ATTENTATS EN 2012. MOBILISATION INDISPENSABLE DE TOUTES PARTS. UN PUDEMU LASCIÀ U STATU PICHJÀ NANT’À QUELLI CHÌ DIFENDENU I DIRITTI DI U NOSTRU POPULU E A NOSTRA GIUVENTÙ. A NOSTRA CUSCENZA HÈ RESISTENZA

Réaction du Rinnovu Naziunali

« Concernant la vague d’interpellations initiée par la SDAT  frappant ce jour la Corse et tout particulièrement sa jeunesse, Rinnovu naziunali considère que la répression ne pourra jamais être un mode de règlement de la question corse. Le processus embryonnaire  qui se dessine entre la Corse et le Gouvernement français devra respecter les droits du peuple, dans un calendrier serré et sérieux, et inclure la question des prisonniers

Suite aux interpellations de ce matin en région bastiaise, le Rinnovu Naziunali appelle à un rassemblement de soutien ce soir à 18h devant le commissariat de Bastia

Ghjuventu Tocca A Noi

Ghjuventu Tocca à noi apporte son plus grand soutien aux patriotes qui ont été victimes des récentes répressions. Les patriotes corses ont trop longtemps fait, et font encore les frais de la politique du bâton, tandis que les mafieux en tous genres ne cessent de prospérer. Nous ne pouvons que nous étonner de cette nouvelle provocation de la justice dite « anti-terroriste » alors que la Corse est peut-être en train d’écrire une des pages les plus importantes de son histoire, l’ouverture du dialogue entre les représentants du Peuple Corse et le gouvernement français. Notre association insiste sur le fait que le règlement politique de la question corse ne pourra se faire que dans un climat apaisé et dans lequel la répression abusive envers les militants de la cause patriotique Corse n’a pas sa place

[/box]

(…)

by @Lazezu

Revue de Presse et suite de l’article :

France 3 Corse Alta Frequenza Corse Matin France 3 Corse Alta Frequenza Corse Net Infos Corse Matin Corse Matin France 3 Corse France 3 Corse

Corsica Infurmazione: l’information de la Corse, des Réseaux sociaux et des Blogs politiques [Plateforme Unità Naziunale]

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)