X

epuis son ouverture en 1983, la filière d’Etudes corses s’est beaucoup cantonnée à la formation des enseignants. La généralisation du bilinguisme pourrait bien élargir le champ des  débouchés

Le contexte actuel pourrait changer la donne. Si les Studii corsi ont longtemps été associés à l’éducation et au Capes de langue et culture corses (LCC), l’espace à intégrer semble, aujourd’hui, bien plus large, notamment en termes de débouchés pour ses étudiants.

« La coofficialité induirait une croissance des besoins en langue corse », soutient Ghjacumu Thiers, professeur à l’université. Elle enclencherait un mécanisme avec une conséquence effective pour les étudiants de LCC. « Actuellement, on voit déjà que des ressources manquent. Pour répondre aux besoins de la société, il faut des moyens précis. Mais il nous manque un plan de formation », explique l’universitaire.

« Provoquer le besoin »

Ainsi, pour Ghjacumu Thiers, il s’agit de « provoquer le besoin

(…)

by @Lazezu 

Revue de Presse et suite de l’article  : 

Corse Matin

Corsica Infurmazione: l’information de la Corse, des Réseaux sociaux et des Blogs politiques [Plateforme Unità Naziunale]

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)