X

Une économie de non développement : Le poids des résidences secondaires. Alors que les Corses éprouvent de plus en plus de difficultés à se loger (même à louer) et n’ont pratiquement plus accès (hormis une minorité de privilégiés) à la propriété foncière, les constructions immobilières, dont les résidences secondaires (souvent occupées quelques semaines seulement par les propriétaires non-corses, et louées à prix d’or pour la saison estivale) se multiplient. L’INSEE en recense plus de 70000 ! (contre 125 000 résidences principales). En 1975, on dénombrait 70000 habitations principales pour 10000 résidences secondaires ! 

Une économie résidentielle

De riches résidents, dont nombre du Nord de l’Europe viennent, retraités ou non, acheter dans l’île. Avec la multiplication des résidences secondaires, les prix de l’immobilier grimpent et les locaux ne peuvent plus accéder à la propriété (voir aux locations).

Il y a aujourd’hui plus de 70000 résidences secondaires (Sources INSEE: in Corse-matin du 20 juillet 2013), appartenant très majoritairement à des non-corses. Si chaque résidence occupe environ 200 mètres carrés (vraiment le minimum au vu de certaines résidences de luxe), il suffit de multiplier par le nombre des résidences pour voir qu’une partie de la terre corse n’appartient plus aux Corses. Beaucoup de celles-ci sont habitées quelques semaines seulement par an par leurs propriétaires qui les louent chèrement durant une grande partie de l’année à d’autres personnes venues de l’extérieur.

Ces résidences secondaires sont aussi construites ou achetées par des fonctionnaires de passage dans l’île, grâce à des facilités bancaires dont ne bénéficient pas les locaux en règle générale, qui ensuite les revendent avec une plus-value financière importante ou les louent durant une partie de l’année (chèrement l’été), concurrençant les circuits professionnels de l’hôtellerie.

La spéculation immobilière

En 2012, des études montrent que le boom immobilier, notamment avec la multiplication des résidences secondaires (En 2011-2012, les constructions immobilières ont augmenté de 64%), a créé plus d’offres (on construit plus d’immeubles, de résidences et de bâtiments) que de demandes. D’où les constructions se vendent moins, alors que les logements sociaux manquent et que les prix sont trop élevés pour la population locale, du fait de ses moyens financiers insuffisants, qui ne trouve pas à se loger (au vu des prix prohibitifs). Dans l’Extrême-Sud et en Balagne, il y a plus de résidences secondaire…

La suite sur ce lien

Pierre Poggioli

(…)

by @Lazezu 

Revue de Presse et suite de l’article  : 

sur Corse Matin, sur Alta Frequenza, sur RCFM, Sur Corsica, Sur le Journal de la Corse, Sur Alcudina, sur Corsica Infurmazione/Unità Naziunale, sur France 3 Corse, Sur Corse Net Info (CNI)

Corsica Infurmazione: l’information de la Corse, des Réseaux sociaux et des Blogs politiques [Plateforme Unità Naziunale]

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)