Produit CORSU E RIBELLU

X

François Hollande, le président de la République, est en Corse pour rendre hommage aux combattants de la liberté qui affranchirent l’île du joug de l’Allemagne nazie dès le mois d’octobre 1943. Il n’est pas le premier, parmi les représentants de l’État, à rappeler une telle antériorité dans la …

François Hollande, le président de la République, est en Corse pour rendre hommage aux combattants de la liberté qui affranchirent l’île du joug de l’Allemagne nazie dès le mois d’octobre 1943. Il n’est pas le premier, parmi les représentants de l’État, à rappeler une telle antériorité dans la campagne de reconquête du territoire national, Charles de Gaulle l’avait relevée en 1944, lors de sa venue à Ajaccio, et François Mitterrand devait le rappeler lors de son déplacement en 1993 pour le cinquantième anniversaire d’un tel fait d’armes.

Et quel plus grand hommage que de voir citer dans le préambule de l’appel à l ‘insurrection du Comité national de la résistance du 15 mars 1944 « l’exemple glorieux des patriotes corses ». Il est donc arrivé que la Corse indique le chemin.

Pourtant un certain malaise persiste quant à la méconnaissance de ce rôle historique par l’inversion des dates, comme si tout avait commencé par le débarquement de Normandie neuf mois plus tard. Ce qui fait dire à beaucoup que Bayeux fut la première ville et le Calvados le premier département libérés. Ce n’est vrai que pour la France continentale ; ce furent Ajaccio et la Corse s’agissant de la métropole. Et si l’on prend comme référence l’ensemble du pays, tel que configuré à l’époque, ce sont les trois départements d’Algérie qui en 1942 reprennent goût à la liberté.

Est-il donc si difficile de respecter cette chronologie et la mémoire de ceux qui l’ont écrite au sacrifice de leur vie ? Apparemment si. Car la libération de la Corse repose sur un acte d’insoumission, un peu à l’image de ce que fit l’homme du 18 juin lui-même en refusant l’armistice et la capitulation. La Corse décida d’ignorer les ordres des généraux de Gaulle et Giraud qui ne voulaient pas d’un soulèvement prématuré car, s’il était réussi, il risquait de donner le pouvoir civil aux seuls communistes.

(…)

by @Lazezu 

Revue de Presse et suite de l’article  : 

Mensuel Corsica

Corsica Infurmazione: l’information de la Corse, des Réseaux sociaux et des Blogs politiques [Plateforme Unità Naziunale]