Produit CORSU E RIBELLU

X

En honorant de sa présence les cérémonies de la Libération de la Corse, François Hollande répare une injustice historique

En se rendant en Corse pour commémorer le 70e anniversaire du premier département métropolitain libéré, François Hollande s’érige en dépositaire de la mémoire. Il inscrit définitivement la Corse de 1943, ignorée le plus souvent par les manuels scolaires, dans le patrimoine de l’histoire nationale.

Faire surgir des relais de mémoire

Cela n’est rien, dira-t-on, à côté de la demande d’inscription constitutionnelle votée par les élus de l’assemblée de Corse, qui ont au moins bâti sur ce consensus basique les conditions de la survie de l’espèce – du moins jusqu’à l’empoignade des municipales. Dans sa fonction de légitimation, le Président de la République sera accueilli avec sans doute plus de considération que dans celle de ses attributions spécifiques. Il apprendra ici ce qu’il doit faire afin que cesse son impopularité persistante : pour que tous les maux de la Corse s’effacent, il lui faut inscrire l’île dans la Constitution française. Avec la chance d’avoir face à lui ce modèle pertinent, qui vaut la rigueur allemande tant vantée, il devrait avoir le courage d’effectuer le mouvement inverse : inscrire la France dans la Constitution corse. La panacée. Plus d’opposition mais des embrassades, l’abolition des différences, les idéologies nimbées d’un flou impressionniste, avec une déconnexion des problèmes réels assurément source de bonheur.

(…)

by @Lazezu 

Revue de Presse et suite de l’article  : 

Corse Matin

Corsica Infurmazione: l’information de la Corse, des Réseaux sociaux et des Blogs politiques [Plateforme Unità Naziunale]