Produit CORSU E RIBELLU

X

(article du 9 septembre 2013) Le terme de maquis est particulièrement adéquat en Corse où il désigne des formations végétales broussailleuses et difficiles à pénétrer qui commencent à basse altitude et recouvrent aussi la moyenne montagne.

liberation resistanceClandestineCorsecorsicaPendant la guerre, il est devenu synonyme de refuge ou de base de combat pour tous les résistants. Cependant, la chronologie particulière à la Corse fait que cette région se libérait en 1943 dans la période même où, sur le continent, se formaient en montagne les maquis, dont le plein développement se fit en 1944. Cette antériorité ne doit pas interdire de distinguer dans l’île des maquis-refuges, des caches, et des maquis armés, combattants de septembre 1943.

Les maquis refuges En 1943,  les hautes vallées de l’Abatescu puis du Travu, au-dessus de la plaine de Solenzara, furent le refuge des évadés de Prunelli di Fium’Orbu qui y avaient été internés depuis mai 1943 et qui échappèrent ainsi à la déportation en Italie. Parmi eux, se trouvaient le sénateur Paul Giacobbi et Eugène Macchini, qui deviendra le maire d’Ajaccio après la Libération.

Passés par Ania et Chisa sous la protection de patriotes locaux, ils s’abritèrent dans une grotte, puis dans les bergeries des Pianure, accessibles par de difficiles sentiers. Paul Giacobbi y resta jusqu’à son retour à Venaco, le 9 septembre. Une vie rude et inconfortable qui l’éprouva physiquement, mais lui permit d’être en Corse au moment de la Libération.

Pendant l’été 1943, une grotte de Casinca, au-dessus du village de Porri, lui-même situé à 500 mètres d’altitude, abrita le QG du Front national pendant les semaines précédant la Libération : une grotte naturelle qui n’avait qu’un accès, par des chemins des plus malaisés, à travers le maquis. Ce sont des responsables locaux comme Damien Vittori qui la choisirent et la camouflèrent pour en faire un lieu de rendez-vous, y installer une imprimerie clandestine, puis un poste radio. Le 21 août, les Chemises noires s’en approchèrent, mais sans réussir à s’emparer des hommes ni du matériel.

Les caches d’armes

De décembre 1942 à septembre 1943, des armes furent livrées à la Corse pendant les neuf derniers mois de l’Occupation italo-allemande, sur la demande des chefs des réseaux R2 Corse et Pearl Harbour, ainsi que du Front national. Livrées soit par des sous-marins, soit par le parachutage en containers, elles représentaient des tonnes de matériels qu’il fallait dissimuler et transporter. Par exemple, sur la côte ouest lors des débarquements sur les plages à Saleccia et dans la baie d’Arone, toujours dans des lieux éloignés des villages et d’accès difficile. Les abris de bergers ont servi de dépôts d’armes, dans le premier cas à Calamicorno, dans la montagne de Tenda, dans le second dans les bergeries du Salognu, non loin de Piana. Les nombreux terrains de parachutages (au moins une quarantaine), recensés par la Résistance avant même l’Occupation et pourvus de noms de codes, étaient répartis dans toute la Corse, en montagne, mais pas trop loin des villages, car la récupération des containers devait être rapide en raison de la surveillance exercée par les patrouilles italiennes.

Les maquis armés du Sartenais

La zone montagneuse et forestière de Valle Mala, qui s’étend entre le golfe du Valinco et le région de Petreto Bicchisano, où se trouve le hameau des Martini, a été le lieu de formation des maquis du Sartenais. Les affrontements armés y ont été nombreux, simples embuscades ou véritables engagements militaires dans la phase de la Libération. Quelques-uns des plus ardents recruteurs du  Front national, Dominique Lucchini (« Ribellu »), Charles Giacomini, Jean Nicoli, Jules Mondoloni, Dominique Bighelli, y ont rassemblé, selon Giacomini, environ 500 patriotes prêts au combat à partir du printemps de 1943.

Ce maquis a été bien pourvu en armement léger grâce aux débarquements et parachutages et a disposé d’un poste émetteur-récepteur. C’est dans ce maquis que Tony Ogliastroni a composé le chant des patriotes corses, La Sampiera. Le 6 juillet, le village de Petreto-Bicchisano a été encerclé par les carabiniers. Trente-neuf hommes ont été arrêtés et déportés en Italie. Dans la même région, le 24 juillet, les Italiens ont incendié la forêt. Les conditions de vie sont devenues de plus en plus dures dans ces maquis du Sartenais qui ont connu, dans l’été 1943, le plus grand dénuement. Le ravitaillement y était très difficile en raison de la venue de jeunes gens réfractaires au STO et surtout du harcèlement par les Italiens. On y attendait avec impatience un débarquement allié.

[box type= »success » align= »aligncenter » ] Sur le même sujet :

Libération de la #corse « De cette mémoire qui dérange … » Par @SAULIUlivieru
« Les commémorations du 70ème anniversaire de la libération de la #Corse » Par Pierre Poggioli
#Corse Libération 43 – « Ribellu : La révolte pour la liberté » Par @EdmondSimeoni
#Corse « Jean Nicoli, libération de la Corse, l’histoire réappropriée »
#corse « 70ème anniversaire de la Libération de la Corse 1943 – 2013
Dossier Storia Corsa sur Corsica Infurmazione

[/box]

(…)

by @Lazezu 

Revue de Presse et suite de l’article  : 

sur Corse Matin, sur Alta Frequenza, sur RCFM, Sur Corsica, Sur le Journal de la Corse,
Sur Alcudina, sur Corsica Infurmazione/Unità Naziunale, sur France 3 Corse, Sur Corse Net Info (CNI)

Corsica Infurmazione: l’information de la Corse, des Réseaux sociaux et des Blogs politiques [Plateforme Unità Naziunale]