Produit CORSU E RIBELLU

X

L’exécutif de la CTC semble avoir une curieuse conception des intérêts de la Corse qu’il est censé défendre. Dans une interview accordée à Corse info net, l’ex-futur-ex maire de Prupià, vous savez celui qui joue à se passer la mairie en famille pour contrer son inéligibilité temporaire, s’est livré à un numéro d’enfumage assez cocasse. Pas pour les Corses d’ailleurs, qui in fine, seront les « cochons de payants » !

Ce virtuose de la langue de bois, explique, ou plutôt se garde bien d’expliquer, que l’exécutif a « été soumis à des pressions », qu’on ne pouvait faire autrement que de remettre en selle le système mafieux marseillais ! Que l’état « avait mis la pression sur la CTC, c’est normal dit-il… ». Tout cela dit à demi-mot, sur le ton des fausses confidences… Bref, rien qui ne soit « normal », les intérêts de la Corse attendront. Au mieux, dans 10 ou 20 ans, si tant est que nos pseudos gouvernants raisonnent sur un terme aussi long, l’office des transports aura été absorbé par la SNCM qui embauchera qui elle veut, en accord avec nos élus toujours aussi traditionalistes, et licenciera qui elle veut. Les Corses seront à n’en pas douter les bénéficiaires du prochain plan de « restructuration » qui prévoit 500 départs (on aime les euphémismes dans le milieu des ferries boites).

paulMarieBartoliCorseCTC

Au pire la Corse n’aura perdu « seulement » que 3 à 400 millions d’euro sur dix ans, qui auraient pu servir à l’indispensable rattrapage historique  qui attendra sans doute le 22ème siècle. Et aura conservé ses 5 (ou 6) ports ouverts au trafic marchands, au lieu des 3 maximum que commande le bon sens ! Mais dans ce domaine on sait bien que la pression ne provient pas de l’Etat ! Reste quand même que l’on s’étonne du souci permanent du président de l’office des transports : tout au long de l’interview il a parlé jusqu’à la nausée, de son obsession de sauver la SNCM, exactement comme si elle était une partie de la Corse, alors qu’elle n’est pas autre chose que la permanence d’un système qui obère l’avenir de notre pays. !

Les majorités changent, les problèmes demeurent… Ceux qui militent pour une avancée institutionnelle devraient néanmoins être satisfaits : la SNCM est désormais inscrite de fait dans la Constitution.

Ghjacumu Petru

(…)

by @Lazezu 

Revue de Presse et suite de l’article  : 

sur Corse Matin, sur Alta Frequenza, sur RCFM, Sur Corsica, Sur le Journal de la Corse,
Sur Alcudina, sur Corsica Infurmazione/Unità Naziunale, sur France 3 Corse, Sur Corse Net Info (CNI)

Corsica Infurmazione: l’information de la Corse, des Réseaux sociaux et des Blogs politiques [Plateforme Unità Naziunale]